Les résultats de l’application du modèle d’intervention auprès de deux familles d’ethnie différente

Les résultats de l’application du modèle d’intervention auprès de deux familles d’ethnie différente

Les résultats de l’application du modèle d’intervention auprès de deux familles d’ethnie différente

Les résultats de l’application du modèle d’intervention auprès de deux familles d’ethnie différentes

| Ajouter

Référence bibliographique [7833]

Reidy, Mary, Robinette, Louise et Deslongchamps, Annick. 1995. «Les résultats de l’application du modèle d’intervention auprès de deux familles d’ethnie différente». Dans VIH-Sida : une approche heuristique et multidisciplinaire: résultats et stratégies pour les professionnels de la santé , sous la dir. de Mary Reidy et Taggart, Marie-Élisabeth, p. 153-172. Boucherville, Québec: Gaëtan Morin.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Rendre compte de deux études de cas permettant l’opérationnalisation d’une approche infirmière centrée sur la famille et dont le but principal est d’améliorer les compétences des soignants naturels d’enfants infectés par le VIH.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
2 familles québécoises francophones dont l’une est d’origine haïtienne et l’autre canadienne-française.

Instruments :
- Observation participante sur une période de six semaines;
- Échelle de la compétence familiale (ECF) complétée par les infirmières associées au projet.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3.Résumé:
Ces deux études de cas, prélude à un plus grand projet de recherche, permettent de décrire la compétence familiale en matière de santé à partir des témoignages provenant des deux mères observées. « Il semble que pour les deux mères qui ont participé à cette étude, elles valorisent leur rôle de principal agent de santé. Elles se préoccupent de la santé de leur enfant chez qui elles désirent préserver un certain état de bien-être. Elles ressentent de vives inquiétudes face à la mort et se demandent qui prendra soin de leur enfant. Par contre, elles signalent clairement qu’elles ne veulent pas s’attarder à penser à leur mort. Ces deux mères ressentent beaucoup de stress face à leur maladie et à celle de leur enfant. Elles vivent de graves conflits intrafamiliaux et reçoivent très peu de soutien social. Elles déclarent avoir une qualité de vie acceptable mais nient leurs propres besoins. En résumé, les besoins à court terme les plus urgents présentés par ces familles résident dans leur manque de connaissance et d’habiletés face aux problèmes de santé, et dans leurs habitudes de vie et d’hygiène peu saines. À long terme, des besoins plus complexes se feront sentir, telle la capacité de diriger leur vie, de communiquer et d’augmenter leurs compétences familiales. Malgré leurs différences sociales, culturelles et comportementales, les soignantes naturelles de ces deux familles partagent le même souhait, à savoir qu’un traitement efficace contre le SIDA soit mis au point dans un futur proche. » (pp. 170-171)