Santé et famille

Santé et famille

Santé et famille

Santé et familles

| Ajouter

Référence bibliographique [7829]

Riberdy, Hélène et Doucet, Huguette. 1995. «Santé et famille». Dans Portrait de santé des Montréalais , sous la dir. de Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre, p. 187-215. Montréal: Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre, Direction de la santé publique.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Décrire quelques caractéristiques des familles de Montréal-Centre et certains indicateurs liés à la santé physique et mentale de ces familles. »

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Échantillon total pour l’ensemble du Québec de 16 010 logements. Pour Montréal-Centre 980 ménages ont été sélectionnés dans l’aire vulnérable, 1100 dans l’aire intermédiaire et 200 dans l’aire peu vulnérable.

Instruments :
Enquête sociale et de santé 1992-1993 dont fiche d’identification, questionnaire rempli par l’intervieweur, questionnaire autoadministré.

Type de traitement de données :
Analyse statistique

3. Résumé


« L’analyse contenue dans ce chapitre portera principalement sur la comparaison des caractéristiques et des comportements sanitaires observés entre les familles montréalaises et celles du reste du Québec. L’évolution de la distribution des types de ménage et des genres de famille entre l’Enquête Santé Québec réalisée en 1987 et l’Enquête sociale et de santé 1992-1993 sera également étudiée. La première section de ce chapitre compare la répartition des ménages de la région Montréal-centre à celle du reste du Québec. Puis, la répartition des familles avec des enfants de moins de 18 ans et leurs caractéristiques sociodémographiques sont analysées selon les réponses fournies par les parents aux questionnaires de l’EES 1992-1993. La deuxième section traite de quelques indices et comportements sanitaires des familles avec enfants de moins de 18 ans selon le sexe des parents et selon le type de famille (biparentale ’intacte’ ou monoparentale) lorsque les effectifs le permettent. Enfin, en guise de conclusion, les limites des indicateurs utilisés sont discutées. » (p. 189)