La Ligue des Ménagères de Québec. 1917-1924

La Ligue des Ménagères de Québec. 1917-1924

La Ligue des Ménagères de Québec. 1917-1924

La Ligue des Ménagères de Québec. 1917-1924s

| Ajouter

Référence bibliographique [7825]

Roy, Caroline. 1995. «La Ligue des Ménagères de Québec. 1917-1924». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Département d’histoire.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Analyse de la Ligue des Ménagères de Québec dont les « interventions dans la sphère publique se situent dans le prolongement des rôles traditionnels attribués aux femmes, soit la gestion du budget et le bien-être de la famille, ’mais qui tout de même’ apparaissent révélatrices d’un certain pouvoir. » (p. 7)

Questions/Hypothèses :
« [...] dans quelle mesure l’action de la Ligue a-t-elle contribué à réduire les prix de certains produits de consommation? Comment les femmes ont-elles pu sensibiliser la population à certains dossiers? En quoi leur action a-t-elle permis d’influencer les pouvoirs publics? » (p. 7)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Nos informations proviennent surtout du journal Le Soleil, motamment en ce qui a trait aux activités économiques de l’association. Nous l’avons dépouillé entre les mois de décembre 1916 et janvier 1926. [...] Le journal L’Action Catholique fut également dépouillé pendant cette même période et fait état des actions de la Ligue jusqu’au 10 février 1924. Nous avons aussi consulté le journal l’Événement uniquement aux dates où la ligue a été la plus active [...] » (p. 8)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


La Ligue des ménagères de Québec fut fondée à Québec, en mars 1917, pour contrer la hausse du prix des aliments et des combustibles. « Alors qu’à l’époque, la société attribue à la femme un rôle uniquement relié à la sphère privée, soit la famille, cette association peut paraître étonnante à plusieurs égards car elle intervient dans la sphère publique. C’est en fait, une caractéristique originale du mouvement qui ne ménage pas ses interventions auprès des pouvoirs publics pour faire baisser les prix. Cette démarche peut dans une certaine mesure se comprendre car, dans la famille, ce sont les femmes qui ont la responsabilité de la gestion du budget et de toutes les obligations qui en découlent. [...] Il s’agit donc d’un mouvement dont les manifestations se situent hors de la sphère traditionnellement réservée aux femmes, mais qui est bien reçu par les élites car son engagement se situe dans le prolongement du rôle attribué à la femme, soit la gestion du budget et le bien-être de la famille. [...] L’histoire de la Ligue des Ménagères de Québec n’a pas été encore écrite. À ce propos, notre historique de la Ligue, le premier sur le sujet, permet d’apporter une contribution au débat historiographique touchant l’action publique des femmes. » (pp. 2-3) « Notre mémoire est divisé en quatre chapitres. Le premier chapitre décrit le contexte socio-économique entourant la création et l’évolution de la Ligue. Nous examinons ensuite, dans le deuxième chapitre, ses origines, ses objectifs, son organisation interne ainsi que son fonctionnement. Puis, dans le troisième chapitre, nous nous pencherons sur ses actions, tant au niveau économique et social que moral. Enfin, dans le quatrième chapitre, nous traitons des partisans et des adversaires de la Ligue et faisons ressortir les raisons qui ont amené le déclin de l’association. » (p. 7)