Différenciation familiale, individuation et sexualité chez le jeune adolescent

Différenciation familiale, individuation et sexualité chez le jeune adolescent

Différenciation familiale, individuation et sexualité chez le jeune adolescent

Différenciation familiale, individuation et sexualité chez le jeune adolescents

| Ajouter

Référence bibliographique [7802]

Thériault, Jocelyne. 1995. «Différenciation familiale, individuation et sexualité chez le jeune adolescent ». Contraception, fertilité, sexualité, vol. 23, no 5, p. 341-347.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« De type qualitatif, cette étude préliminaire veut explorer les tentatives de différenciation familiale, d’individualisation et de ’sexualisation à l’autre’ en prime adolescence. » (p. 342)

Question/Hypothèses :
« 1) Quelle forme prend la différenciation familiale en prime adolescence? Y a-t-il une différence entre les filles et les garçons? 2) Quelle forme prend l’investissement intime des semblables? Y a-t-il une différence entre les filles et les garçons? 3) Quelle forme prend la quête du sexuel en prime adolescence? Y a-t-il une différence entre les filles et les garçons? 4) Comment se conjuguent les besoins de séparation aux parents, d’intimité avec les amis, de sexualité et de sécurité personnelle en prime adolescence? Y a-t-il une différence entre les filles et les garçons? » (p. 342)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« 10 sujets francophones, âgés de 12 à 15 ans, issus de la banlieue de Montréal, sont répartis également selon les sexes. Ils proviennent de milieux socio-économiques moyennement élevés et la majorité (7/10) habitent chez leurs deux parents naturels. » (p. 342)

Instruments :
Entrevue clinique semi-structurée enregistrée

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Cette étude préliminaire, de type qualitatif, explore les manifestations de la différenciation familiale, de l’individualisation et de la sexualité en prime adolescence. Plus particulièrement, elle examine la façon dont s’exprime (1) la séparation aux parents; (2) l’investissement intime des amis; (3) la quête identitaire et sexuelle chez les jeunes adolescents de 12-15 ans et elle s’interroge sur les manifestations du dimorphisme sexuel en la matière. Pour ce faire, dix sujets (garçons et 5 filles) francophones de la banlieue de Montréal, provenant de milieux socio-économique moyennement élevés sont rencontrés en entrevue clinique semi-structurée. Les résultats montrent entre autres choses que l’intégration des besoins d’intimité et de sexualité semble plus conflictuelle chez les garçons que chez les filles. Chez elles, les besoins de se séparer de la famille semblent plus difficilement conciliables avec le besoin d’intimité avec les amis. Des recherches futures sont souhaitables dans ce contexte afin de dépasser les limites de la présente recherche. » (p. 341)