Couples en emploi et morphologie sociale des quartiers de Montréal, 1971-1991

Couples en emploi et morphologie sociale des quartiers de Montréal, 1971-1991

Couples en emploi et morphologie sociale des quartiers de Montréal, 1971-1991

Couples en emploi et morphologie sociale des quartiers de Montréal, 1971-1991s

| Ajouter

Référence bibliographique [7792]

Villeneuve, Paul et Rose, Damaris. 1995. «Couples en emploi et morphologie sociale des quartiers de Montréal, 1971-1991 ». Sociologie et Sociétés, vol. XXVII, no 2, p. 87-102.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Montrer les changements dans la morphologie sociale des quartiers de Montréal

Questions/Hypothèses :
« Comment l’inégale division du travail qui prévaut dans la sphère de l’emploi affecte-t-elle l’asymétrie professionnelle au sein des couples en emploi [...] à son tour, comment cette asymétrie se répercute-t-elle sur la morphologie sociale des quartiers résidentiels? » (p. 88)
« La division sexuelle du travail inégale dans la sphère de l’emploi entraîne une certaine ’distance professionnelle’ entre conjoints au sein des couples en emploi, ce qui fait augmenter la diversité socio-professionnelle et la diversité des revenus au sein des quartiers urbains. » (p. 88)
La deuxième hypothèse repose sur la notion de « ’division familiale du travail’ (Barrère-Maurisson 1992) et qui suggère des différences appréciables entre les quartiers centraux et les quartiers de banlieue en ce qui a trait à l’incidence des couples en emploi. » (p. 88)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Compilations spéciales obtenues par les auteurs auprès de Statistique Canada (couples de l’agglomération montréalaise)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« L’augmentation du taux de participation des femmes à la main d’oeuvre modifie considérablement la morphologie et la géographie sociale des agglomérations urbaines. Une hypothèse mettant en rapport la progression marquée du nombre de couples en emploi et la hausse de la diversité socio-professionnelle des quartiers urbains où résident ces couples a été émise. Cette relation serait due à la forte asymétrie professionnelle entre conjoints observée entre les couples en emploi. Une analyse des rapports entre l’incidence géographique du double emploi des couples et la composition socio-professionnelle des quartiers de l’agglomération urbaine de Montréal pendant les années 1970 et 1980 confirme cette hypothèse tout en montrant que la diversité des situations est considérable. » (p. 101)