L’influence de caractéristiques psychosociales et sociodémographiques sur le partage du temps de garde des enfants entre les parents séparés ou divorcés

L’influence de caractéristiques psychosociales et sociodémographiques sur le partage du temps de garde des enfants entre les parents séparés ou divorcés

L’influence de caractéristiques psychosociales et sociodémographiques sur le partage du temps de garde des enfants entre les parents séparés ou divorcés

L’influence de caractéristiques psychosociales et sociodémographiques sur le partage du temps de garde des enfants entre les parents séparés ou divorcéss

| Ajouter

Référence bibliographique [7774]

Beaudry, Madeleine et Parent, Claudine. 1996. «L’influence de caractéristiques psychosociales et sociodémographiques sur le partage du temps de garde des enfants entre les parents séparés ou divorcés». Dans Comprendre la famille , sous la dir. de Jacques Alary et Éthier, Louise S., p. 247-263. Actes du 3e symposium québécois de recherche sur la famille tenu à l’Universié du Québec à Trois-Rivières en octobre 1995. Sainte-Foy, Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Le but de cet article est d’identifier et de classer par ordre d’importance les caractéristiques qui, selon les sexes, sont associés au partage de la garde des enfants au moment de la séparation des parents.

Question/Hypothèses :
La formule de la garde partagée est celle qui semble protéger le mieux les intérêts de tous les membres de la famille, comment expliquer qu’elle ne soit pas davantage répandue? Au-delà de la complexité de l’analyse des choix individuels, jusqu’à quel point certaines conditions personnelles, conjugales ou économiques favorisent-elles davantage le choix de cette modalité de garde?

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
193 personnes dont 82 hommes et 112 femmes. Les personnes se répartissent en trois groupes selon que le temps de garde est assumé principalement par la mère (n=95 soit 59 femmes et 36 hommes), par le père (n=29, soit 12 femmes et 17 hommes) ou par les deux parents (n=69, soit 40 femmes et 29 hommes). La moyenne d’âge des sujets est de 37,6 ans et comptent en moyenne 11, 2 ans de vie maritale. Sur le plan socioéconomique: 80,3% des sujets ont plus qu’un diplôme de secondaire et 20,7% sont sans emploi. Quant au revenu, celui des femmes est plus faibles.

Instruments :
Utilisation d’échelles développées par C.Ahrons (1979): échelle d’implication du parent dans le soins et l’éducation des enfants, d’attitudes envers l’ex-conjoint (e) au sujet de ses qualités de parent, d’interaction coparentale et de communication entre les parents au sujet des enfants. La variable dépendante, soit le temps passé par l’enfant avec chacun de ses parents ou la modalité de garde adoptée, a été mesurée de deux manières : 1) par la description de l’organisation de la garde en fonction du parent gardien et 2) par le nombre de jours que le ou les enfants avaient passés avec chacun de leurs parents pendant le mois précédant l’enquête.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Cette recherche a permis d’identifier et de classer par ordre d’importance les caractéristiques psychosociales et sociodémographiques reliées à un plus grand partage du temps de garde des enfants entre les parents à la suite de séparation. Par ordre d’importance, on retrouve : 1) la perception du désir du partenaire de partager la garde, 2) l’évaluation de ses qualités parentales, 3) les caractéristiques du sujet (niveau d’éducation et revenu des femmes) et 4) l’âge des enfants. La combinaison de ces quatre facteurs expliqueraient 36% de la variation totale du temps passé avec les deux parents. Ces résultats devraient permettre de jeter un peu de lumière sur les jugements de parents séparés ou en voie de le faire et de remettre en cause les mécanismes décisionnels relatifs à l’attribution de la garde. En, effet, il semble que la garde partagée comporte plus d’avantages et moins de conséquences négatives sur le développement de la famille, des parents et des enfants. Ce type de garde favoriserait aussi le maintien des liens avec les deux parents et une meilleure communication entre eux.