Perceptions des besoins des familles dont un des membres, victime d’un traumatisme crânien est aux soins intensifs

Perceptions des besoins des familles dont un des membres, victime d’un traumatisme crânien est aux soins intensifs

Perceptions des besoins des familles dont un des membres, victime d’un traumatisme crânien est aux soins intensifs

Perceptions des besoins des familles dont un des membres, victime d’un traumatisme crânien est aux soins intensifss

| Ajouter

Référence bibliographique [7758]

Bolduc, Mario. 1996. «Perceptions des besoins des familles dont un des membres, victime d’un traumatisme crânien est aux soins intensifs». Mémoire de maîtrise, Sainte-Foy, Québec, Université Laval, Département de nursing.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’auteur vise à rendre compte des perceptions des besoins des familles dont un des membres, victime d’un traumatisme crânien, est aux soins intensifs.

Question/Hypothèses :
Quels sont les besoins des familles dont un des membres, victime d’un traumatisme crânien, est aux soins intensifs?

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Dix femmes âgées entre 15 et 35 ans qui ont subi un traumatisme crânien suite à un accident de quelque nature que ce soit à l’exclusion des tentatives de suicide et d’agression physique. La durée du séjour aux soins intensifs devait excéder quatre jours. Ces femmes devaient avoir un pointage de 3 à 8 sur l’échelle de Glasgow lors de leur arrivée à l’urgence de traumatologie, être francophone et être encore hospitalisée aux soins intensifs lors de l’entrevue avec un membre de la famille. En ce qui a trait aux critères de sélection des membres de la famille: ils devaient se définir comme un membre de la famille, être âgée d’au moins 14 ans et comprendre et s’exprimer en français.

Instruments :
- Technique d’échantillon non-probabiliste pour faire le recrutement des participants;
- Entrevues semi-structurées.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Cette recherche qualitative de type descriptif auprès de dix femmes visait à mieux connaître les besoins des familles dont un des membres, victime d’un traumatisme crânien, est aux soins intensifs. Le modèle de résilience de McCubbin et McCubbin a été utilisé comme cadre de référence. L’analyse de contenu des entrevues semi-structurées démontre entre autres que les familles ont besoin d’exprimer leurs sentiments, d’être présentes au chevet du bénéficiaire, d’être avisées des signes positifs ou négatifs, de garder espoir, de maintenir des relations avec le personnel infirmier et de rencontrer une personne-ressource. Un besoin en soutien informatif et émotif est aussi exprimé. Des recommandations cliniques et de recherches sont présentées. »