Réussite scolaire des filles et émancipation des rôles sociaux de sexe

Réussite scolaire des filles et émancipation des rôles sociaux de sexe

Réussite scolaire des filles et émancipation des rôles sociaux de sexe

Réussite scolaire des filles et émancipation des rôles sociaux de sexes

| Ajouter

Référence bibliographique [7752]

Bouchard, Pierrette et St-Amand, Jean-Claude. 1996. «Réussite scolaire des filles et émancipation des rôles sociaux de sexe ». Apprentissage et socialisation, vol. 17, no 1-2, p. 35-47.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’article qui suit propose une réflexion analystique suscitée par les écarts de rendement scolaire entre les deux groupes de sexe. »

Questions/Hypothèses :
« Comment expliquer qu’à l’heure actuelle, les filles réussissent en général mieux à l’école que les garçons? » (p. 35)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Statistiques sur le cursus scolaires des garçons et des filles au Québec, diverses recherches (60 documents).

Type de traitement de données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« La plus grande réussite scolaire des filles comparée à celle des garçons continue de s’affirmer depuis plus d’une décennie et ne cesse d’interpeller les milieux de l’éducation. Après avoir établi le fait à l’aide de quelques données statistiques Québécoises, l’article présente les fondements de deux approches théoriques de la socialisation qui sont utilisés le plus couramment pour rendre compte du phénomène. Il propose ensuite une lecture socio-politique de la réussite scolaire comparée, inspirée des théories de la résistance. Cette avenue permet de faire ressortir l’action des mères dans l’affranchissement des modèles de sexe par leurs filles, ainsi que, sur le plan collectif, le lien entre cette action et le mouvement social des femmes. Il s’avère que si l’investissement parental dans la scolarisation des enfants est mû par des objectifs de mobilité sociale, celui de la mère dans l’éducation des filles comporte aussi un objectif d’émancipation des rôles sociaux de sexe qui contribue à expliquer la plus grande réussite scolaire des filles. » (p. 35)