Les dimensions sociales de la prévention et de la promotion du bien-être des jeunes et de leur famille : un portrait des pratiques au Québec

Les dimensions sociales de la prévention et de la promotion du bien-être des jeunes et de leur famille : un portrait des pratiques au Québec

Les dimensions sociales de la prévention et de la promotion du bien-être des jeunes et de leur famille : un portrait des pratiques au Québec

Les dimensions sociales de la prévention et de la promotion du bien-être des jeunes et de leur famille : un portrait des pratiques au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [7741]

Chamberland, Claire, Dallaire, Nicole, Fréchette, Lucie, Lindsay, Jocelyn, Hébert, Jacques et Cameron, Sylvie. 1996. «Les dimensions sociales de la prévention et de la promotion du bien-être des jeunes et de leur famille : un portrait des pratiques au Québec ». Nouvelles Pratiques Sociales, vol. 9, no 2, p. 65-86.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- « En somme, il s’agit de se demander si les acteurs en promotion-prévention au Québec sont outillés sur le plan conceptuel et stratégique pour relever ces nouveaux défis. » (p. 69)
- « Tracer un portrait des projets de promotion-prévention implantés dans différents territoires du Québec et ciblant les jeunes (0-18 ans) et leur famille. » (p. 70)

Questions /Hypothèses :
« Les environnements sociaux proches et éloignés des familles sont de plus en plus pointés du doigt comme lieux d’intervention. Ces faits ont-ils transformés la façon d’analyser les problématiques et d’orienter l’action? Ces efforts conceptuels pour élargir les modèles d’action en promotion-prévention se répercutent-ils sur les pratiques? Les déterminants macro-sociaux des problèmes sont-ils pris en considération? Que dire des efforts pour diversifier les cibles d’action et modifier les environnements sociaux? Qu’en est-il de l’éventail des stratégies utilisées? » (p. 69)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Projets en promotion-prévention considérés comme réussis dans les régions de Montréal-Centre, Laval, Montérégie, Québec, Chaudière-Appalaches, Outaouais, Gaspésie répartis en 26 territoires de CLSC choisis dans les zones urbaines, semi-urbaines et rurales. « La sélection repose sur la diversité évaluée en termes de revenu des ménages et sur le caractère francophone, anglophone et allophone de leur population. » (p. 70)

Instruments :
« Les infomations recueillies ont été validées et complétées lors d’une entrevue téléphonique auprès d’informateurs clés provenant des CLSC, d’organismes comunautaires ou de commissions scolaires desservant la population des familles et des jeunes du territoire. L’entrevue comportait 11 questions (ouvertes ou fermées, selon le cas), portant notamment sur les problématiques, les cibles de l’action, les activités, les stratégies (Les objectifs spécifiques), les liens entretenus avec d’autres organismes ou projets, les critères et conditions de réussite et le financement. » (p. 71)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« On connaît encore peu la diversité et les particularités des pratiques qui contribuent à la promotion du bien-être des jeunes et des familles québécoises ou à la prévention des problèmes sociaux qu’ils vivent. Cet article présente les résultats d’une recherche qui a permis d’accroître nos connaissances empiriques des pratiques préventives et promotionnelles ayant pour cibles les enfants, les jeunes et leur famille au Québec. Les données ont été recueillies à partir de 307 projets ou programmes de promotion et de prévention. La présentation des problématiques relevées, des cibles, des activités et des stratégies déployées, des liens établis ainsi que des sources de financement de ces projets affine le portrait de ces pratiques. Il apparaît aussi pertinent d’examiner ce portrait à la lumière d’analyses et de critiques récentes que font certains théoriciens dans le domaine de la promotion du bien-être et de la prévention des problèmes sociaux. Cette analyse peut favoriser une saine critique des efforts préventifs faits au Québec, un réajustement de l’action ainsi que la création de liens entre les acteurs engagés dans des problématiques concernant les jeunes et leur famille. » (p. 66)