Promotion du bien-être et prévention des problèmes sociaux chez les jeunes et leur famille : portrait des pratiques et analyse des conditions de réussite

Promotion du bien-être et prévention des problèmes sociaux chez les jeunes et leur famille : portrait des pratiques et analyse des conditions de réussite

Promotion du bien-être et prévention des problèmes sociaux chez les jeunes et leur famille : portrait des pratiques et analyse des conditions de réussite

Promotion du bien-être et prévention des problèmes sociaux chez les jeunes et leur famille : portrait des pratiques et analyse des conditions de réussites

| Ajouter

Référence bibliographique [7740]

Chamberland, Claire, Dallaire, Nicole, Fréchette, Lucie, Lindsay, Jocelyn, Hébert, Jacques, Cameron, Sylvie et Beaudoin, Ginette. 1996. Promotion du bien-être et prévention des problèmes sociaux chez les jeunes et leur famille : portrait des pratiques et analyse des conditions de réussite. Montréal: Université de Montréal, Faculté des arts et des sciences, École de service social.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le but premier de la présente recherche est d’accroître nos connaissances empiriques de l’ensemble des pratiques préventives et promotionnelles qui ciblent de façon directe ou indirecte les enfants, les jeunes et leur famille au Québec, en présentant un portrait représentatif de ces pratiques. » (p. v)
Cette recherche comprend 2 études particulières :
- Étude I : « L’objectif de cette première étude consiste à décrire un éventail de projets de promotion/prévention. Il s’agit d’abord de sélectionner certaines régions administratives du Québec et ciblant directement ou indirectement les jeunes (0-18 ans) et leur famille. » (p. 6)
- Étude II : « Identifier les conditions de réussite considérées importantes afin de favoriser le maintien de ces initiatives et leur généralisation. » (p. v)

Questions/Hypothèses :
« Ces efforts conceptuels d’élargissement des modèles d’action en promotion/prévention se répercutent-ils dans les pratiques sur le terrain? Les déterminants macro-sociaux des problèmes sont-ils pris en considération? Que peut-on dire des efforts pour diversifier les cibles d’action et tenter de modifier les environnements sociaux? Qu’en est-il de l’éventail des stratégies utilisées? Quelles sont les conditions jugées déterminantes dans l’atteinte des objectifs? » (p. v)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Étude I :
- Informations recueillies par documentation et permettant de remplir une partie d’un questionnaire, informations qui seront ensuite validées par entrevue téléphonique auprès d’informateurs clés provenant des CLSC ou d’organismes communautaire qui desservent la population des familles et des jeunes du territoire.
- 307 projets sont identifiés par le biais de ce repérage. (200 dans la région métropolitaine et 107 dans les territoires de CLSC de d’autres régions).
- « Chaque projet composant l’échantillon doit répondre aux critères suivants: être implanté depuis au moins deux ans dans les réseaux institutionnels ou communautaire sur un des territoires de CLSC identifiés; Avoir des objectifs d’intervention qui font appel aux types de prévention primaire et/ou secondaire; être selon le cas, un programme spécifique ou un organisme qui met en place une diversité d’activités pour contrer un problème social ou répondre aux besoins des jeunes et/ou de leur famille et/ou leurs milieux de vie significatifs (école, réseau social, loisir, etc.); être jugé réussi par les informateurs clés » (p. 6)
Étude II :
-Étude de cas de 19 projets jugés réussis et sélectionnées selon des critères d’homogénéité et d’hétérogénéité.
-Collecte de données réalisée à partir d’entrevues.
-Technique de groupe nominal avec cinq groupes nominaux composés chacun de 7 à 9 participants du milieu institutionnel (2) ainsi que du milieu communautaire (2).

Instruments :
- Étude I : Questionnaire maison comprenant 11 questions ouvertes et fermées;
- Étude II : Questionnaire.

Type de traitement des données :
- Étude I : analyse statistique;
- Étude II : analyse de contenu.

3. Résumé


« Depuis dix ans, le discours théorique en promotion/prévention a considérablement évolué. La crise économique, l’inflexion néo-libérale, l’aggravation des problèmes sociaux et le déploiement du modèle écologique incitent les chercheurs en promotion/prévention à critiquer l’efficacité de leur pratiques traditionnellement centrées sur les individus et les déficits personnels. Il est clair dorénavant que les problèmes des enfants, des jeunes et de leur famille ne peuvent plus être appréhendés en tenant compte uniquement de leurs manifestations sur le plan individuel et familial. Les environnements sociaux proches et éloignés des familles sont de plus en plus pointés du doigt comme cible d’intervention. » (p. v)