Les comportements de gestion envers les conflits familiaux dans les petites et moyennes entreprises familiales : l’analyse de trois récits pratiques

Les comportements de gestion envers les conflits familiaux dans les petites et moyennes entreprises familiales : l’analyse de trois récits pratiques

Les comportements de gestion envers les conflits familiaux dans les petites et moyennes entreprises familiales : l’analyse de trois récits pratiques

Les comportements de gestion envers les conflits familiaux dans les petites et moyennes entreprises familiales : l’analyse de trois récits pratiquess

| Ajouter

Référence bibliographique [7735]

Charlebois, Lorraine. 1996. «Les comportements de gestion envers les conflits familiaux dans les petites et moyennes entreprises familiales : l’analyse de trois récits pratiques». Mémoire de maîtrise, Chicoutimi, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Département des sciences de la gestion.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette recherche exploratoire a pour objet d’approfondir nos connaissances sur la gestion des conflits familiaux dans les petites et moyennes entreprises familiales (PMEF) » (R)

Questions/Hypothèses :
« Dans les petites et moyennes entreprises familiales ayant passé à la seconde génération, quels sont les comportements de gestion envers les conflits familiaux qui ont eu un impact positif pour leur organisation? » (p. 21)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Trois propriétaires-dirigeants de PMEF de seconde génération

Instruments :
Deux entrevues dirigées

Type de traitement de données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« La revue de littérature se rapportant aux entreprises familiales a permis de constater qu’il existe une relation telle entre l’entreprise et la famille, qu’un conflit familial non géré affecte la gestion de la PMEF et peut même influencer sa survie. Aux yeux des auteurs et des consultants traitant de l’entreprise familiale, le conflit est donc perçu comme étant néfaste pour les PMEF. D’autre part, certains auteurs intéressés à la gestion des organisations, perçoivent plutôt le conflit comme quelque chose de nécessaire pour les entreprises. Ils prétendent que les conflits stimulent l’efficacité, la créativité et l’innovation. Pour eux, le conflit présente un aspect négatif pour une organisation, particulièrement lorsqu’il n’est pas géré. Les documents traitant de la gestion des conflits familiaux dans les PMEF ne rapportent pas cet aspect positif des conflits. Devant ces constats, nous avons voulu connaître, par cette recherche, une autre perspective de la gestion du conflit (l’aspect positif d’un conflit familial) et plus précisément les comportements des dirigeants face à ces conflits. L’étude rapporte le point de vue de trois propriétaires-dirigeants de PMEF de seconde génération qui ont raconté, sous forme de récit pratique, des conflits familiaux ayant eu des conséquences positives pour leur entreprise. Aussi, à partir d’une intégration des littératures sur les entreprises familiales et sur les organisations, un modèle exploratoire de recherche a été conçu pour identifier les quatre principales dimensions reliées au conflit. Pour confronter la théorie à la réalité, le modèle diagnostique élaboré par Rondeau (1990) a permis d’analyser les conflits recueillis sur trois niveaux structurels différents: structurel, dynamique et diachronique. Le modèle exploratoire de recherche a servi de base pour l’analyse structurelle des conflits recueillis. Les résultats des différentes analyses ressemblent, en plusieurs points, aux éléments ressortis dans les deux revues de littérature. De plus, la comparaison des quatre situations conflictuelles analysées laisse entrevoir que les relations familiales, avant le conflit, peuvent avoir une certaine influence sur le déroulement d’un conflit familial. En effet trois situations sur quatre démontrent que l’aspect affectif lors du conflit est important lorsque les relations familiales, avant le conflit, étaient indélicates. Conscients que les résultats obtenus ne peuvent s’appliquer qu’aux trois cas étudiés, il serait intéressant d’effectuer la même recherche avec un échantillon plus large ou d’orienter d’autres recherches étudiant davantage l’importance des relations familiales sur l’évolution et la gestion d’un conflit familial. De plus, des études comparatives de conflit de même type, comme ceux survenant entre père et fils, pourraient être conduites afin de comprendre encore plus la dynamique de ces conflits. Dans l’étude de la problématique de la survie des entreprises familiales, il semble pertinent d’explorer l’aspect conflictuel des relations familiales car la qualité de l’interaction entre la vie de la famille et la vie de l’entreprise exerce une influence déterminante sur la survie de l’entreprise. » (R)