Un secret bien gardé l’inceste dans la société traditionnelle québécoise 1858-1938

Un secret bien gardé l’inceste dans la société traditionnelle québécoise 1858-1938

Un secret bien gardé l’inceste dans la société traditionnelle québécoise 1858-1938

Un secret bien gardé l’inceste dans la société traditionnelle québécoise 1858-1938s

| Ajouter

Référence bibliographique [7730]

Cliche, Marie-Aimée. 1996. «Un secret bien gardé l’inceste dans la société traditionnelle québécoise 1858-1938 ». Revue d’Histoire de l’Amérique Française, vol. 50, no 2, p. 201-226.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Des documents dont des archives judiciaires, comprenant 131 procès et 95 condamnations.

Instruments :
Archives judiciaires

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Cette étude sociale de l’inceste a été réalisée à partir d’archives judiciaires. La correspondance du procureur général de la province et les archives des tribunaux de la région de Québec recèlent 217 cas incluant 131 procès et 95 condamnations. Plus des deux tiers sont des cas d’inceste entre père et fille. L’isolement en milieu rural et la dépendance économique à l’égard du père incitaient bien des familles à garder cette situation secrète, mais les victimes pouvaient recourir à la parenté, aux voisins et au curé. Ces dossiers révèlent une relation de pouvoir brutale entre hommes et femmes au sein de la famille traditionnelle. »