Les compétences des clients et de leurs familles : des personnes ressources à utiliser davantage

Les compétences des clients et de leurs familles : des personnes ressources à utiliser davantage

Les compétences des clients et de leurs familles : des personnes ressources à utiliser davantage

Les compétences des clients et de leurs familles : des personnes ressources à utiliser davantages

| Ajouter

Référence bibliographique [7729]

Côté, Christian et Boulet, Hélène. 1996. «Les compétences des clients et de leurs familles : des personnes ressources à utiliser davantage ». Intervention, no 102, p. 91-100.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Faire ressortir les compétences des clients et de leurs familles dans l’intervention en service social.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«À partir de notre pratique de consultation et de formation continue dans des dizaines de milieux de pratique, cet article propose une réflexion sur les enjeux, les actions qui inhibent ou favorisent le pouvoir des clients et les principaux facteurs qui ont amené et maintiennent cet état de faits. Il fait ressortir les obstacles qui nuisent à la recherche des forces des clients. Il suggère quelques pistes d’action pour mieux utiliser les capacités des personnes et des familles avec qui nous travaillons. » (p. 91) Les auteurs introduisent leur texte en se basant sur trois constatations. La première est que les intervenants portent plus attention aux problèmes qu’aux capacités et aux compétences acquises par les personnes et aux ressources existant dans le milieu de vie. Une deuxième constatation est que ces problèmes sont analysés comme relevant uniquement des individus, quelles que soient les conditions sociales et historiques où se trouvent les personnes. La troisième fait référence au fait que les décisions affectant la vie des personnes sont souvent prises par les responsables des interventions et des organismes, non par les personnes concernées. En somme, cet article tente de de revitaliser la place de l’environnement comme facteur explicatif de certains phénomènes de même que comme une cible possible d’intervention. Il tente par le fait même de mettre en garde les intervenants devant un besoin narcissique de «faire» de la thérapie au profit d’une attention plus grande aux facteurs d’ordre social et culturel.