Le réseau d’affaire des femmes dans l’entreprise familiale au Québec

Le réseau d’affaire des femmes dans l’entreprise familiale au Québec

Le réseau d’affaire des femmes dans l’entreprise familiale au Québec

Le réseau d’affaire des femmes dans l’entreprise familiale au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [7726]

Couture, Marie-Claude. 1996. «Le réseau d’affaire des femmes dans l’entreprise familiale au Québec». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département d’administration des affaires.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cette étude a trois objectifs généraux : le premier, de nature exploratoire, est d’identifier les acteurs privilégiés dans le réseau de la femme ainsi que le rôle qu’ils jouent auprès d’elles. Le deuxième, de nature qualitative, est de décrire l’activité, la diversité et la densité du réseau d’affaires. Le troisième objectif découle directement du deuxième et se veut plus analytique, soit évaluer les facteurs ou paramètres du réseau qui sont associés au degré de satisfaction qu’a la femme de la qualité de son réseau. » (pp. 30-31)

Questions/Hypothèses :
- « Quels sont les acteurs et les actrices du réseau d’affaires chez les femmes étant dans le processus de succession de l’entreprise familiale, quels sont les rôles qu’ils ou elles jouent auprès d’elles et quels sont les facteurs qui semblent associés ou non aux taux de satisfaction qu’ont ces femmes de la qualité de leur réseau? » (p. 3)
- « Le réseau d’affaires des femmes oeuvrant dans l’entreprise familiale devrait être plus restreint que celui des femmes qui travaillent dans une entreprise non-familiale (Lyman, 1986). Le niveau d’activité sera alors très relié au nombre de membres de la famille qui y travaillent. Dans le réseau de femmes en entreprise familiale on devrait retrouver plus de 60% des membres de la famille qui font partie des cinq personnes les plus déterminantes pour elles. Le réseau des femmes de l’entreprise familiale sera donc très dense, c’est-à-dire qu’il y aura peu d’étrangers ou de non-membres de la famille qui le composeront. Les membres de la famille devraient exercer plusieurs rôles auprès de la répondante dont celui de partage d’opinion, de confidence, de soutien moral. Par ailleurs, les non-membres de la famille devraient jouer un moins grand nombre de rôles et typiques à leur sexe comme le précise la littérature soit: les femmes des rôles plutôt axés sur le social alors que les hommes des rôles instrumentaux. Les femmes de l’entreprise familiale devraient être satisfaites de leur réseau d’affaire puisque celles qui ont choisi l’entreprise familiale y voient la possibilité de faire avancer leur carrière avec pour objectif la poursuite de l’entreprise pour les générations futures et de plus, elles privilégient le partage des valeurs visibles avec d’autres membres de la famille. Par contre, les difficultés reliées à leur réseau devraient refléter une dynamique familiale. Cette dynamique peut créer des difficultés si les dimensions familiales ne sont pas reconnues et respectées au sein de l’environnement de la firme. Plusieurs entreprises familiales seraient donc l’extension de la firme. » (pp. 31-32)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Enquête auprès de quinze femmes qui ont succédé ou qui sont dans un processus de succession de l’entreprise familiale au Québec. Toutes les répondantes devaient travailler et avoir des parts dans cette entreprise.

Instruments :
Questionnaire sur le réseau d’affaire des femmes (QRAF)

Type de traitement de données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« L’objectif de cette recherche est d’obtenir une meilleure compréhension de la réalité sociale et professionnelle des femmes qui sont dans le processus de succession au sein de l’entreprise familiale en étudiant de plus près leur réseau d’affaires. Nous pensons que les femmes mènent leurs affaires d’une manière différente des hommes et que l’identification de leur réseau permettra d’avoir de meilleurs outils pour travailler auprès d’elles dans le cadre, par exemple, de la consultation. Ce mémoire se divise en cinq chapitres. Le premier chapitre décrira l’entreprise familiale et définira en outre le réseau d’affaires et ses différents paramètres. ’L’opérationnalisation’ du concept de réseau d’affaires se fait à partir de trois grands thèmes qui sont l’activité, la diversité et la densité. La question de recherche sera également expliquée plus en détail. En ce qui concerne le bilan des connaissances, l’accent sera mis sur les études portant sur les réseaux d’affaires chez les hommes et chez les femmes, entrepreneurs et les entreprises familiales. Le deuxième chapitre portera sur la démarche méthodologique, l’outil de cueillette de données sera décrit en spécifiant ses avantages et ses limites. Les critères de sélection ainsi que les qualificatifs des participants seront présentés. Le troisième chapitre portera sur la présentation des différents résultats obtenus. Finalement, se retrouveront au quatrième chapitre une discussion ainsi qu’une interprétation des résultats obtenus de l’étude en se rapportant à la question de recherche. » (p. 1-3)