L’usage de substances psychoactives chez les jeunes Québécois : conséquences et facteurs associés

L’usage de substances psychoactives chez les jeunes Québécois : conséquences et facteurs associés

L’usage de substances psychoactives chez les jeunes Québécois : conséquences et facteurs associés

L’usage de substances psychoactives chez les jeunes Québécois : conséquences et facteurs associéss

| Ajouter

Référence bibliographique [767]

Gagnon, Hélène et Rochefort, Lucie. 2010. L’usage de substances psychoactives chez les jeunes Québécois : conséquences et facteurs associés. Montréal: Gouvernement du Québec, Institut national de santé publique.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Ce rapport « [...] permettra de mettre à jour les connaissances quant aux conséquences pouvant être liées à l’usage de SPA [substances psychoactives] chez les jeunes et aux facteurs qui permettent d’en expliquer l’usage ». (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Ce document a voulu faire état des conséquences possibles de la consommation de SPA [substances psychoactives] sur la santé physique, mentale et psychosociale des jeunes [Québécois]. Il a aussi permis de revoir les différents facteurs individuels et environnementaux pouvant être associés à l’initiation, l’usage et l’abus de ces différentes substances. Ce deuxième volet de l’état de situation, ajouté au premier qui présentait le portrait épidémiologique de la consommation chez les jeunes, est suffisant pour statuer que ce phénomène constitue un problème de santé publique. Il confirme à nouveau qu’il est important d’agir particulièrement pour prévenir la consommation régulière et excessive d’alcool et de cannabis ainsi que l’usage d’autres drogues illicites. Le prochain et dernier volet de cet état de situation explorera différentes avenues d’interventions et fera état des meilleures pratiques en matière de prévention. » (p. 33) Ce document peut intéresser les chercheurs s’intéressant à la famille puisqu’il aborde la grossesse et l’adolescence.