Le thérapeute dans son labyrinthe. Et si on questionnait nos modèles...

Le thérapeute dans son labyrinthe. Et si on questionnait nos modèles...

Le thérapeute dans son labyrinthe. Et si on questionnait nos modèles...

Le thérapeute dans son labyrinthe. Et si on questionnait nos modèles...s

| Ajouter

Référence bibliographique [7626]

Laporta, Marc. 1996. «Le thérapeute dans son labyrinthe. Et si on questionnait nos modèles... ». PRISME, vol. 6, no 4, p. 522-533.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Ce texte sur la thérapie familiale poursuit un double but. D’abord, j’espère montrer comment nos points de vue théoriques peuvent à certains moments aider, mais aussi nuire à notre engagement thérapeutique et à celui des familles que nous traitons. J’aborderai cette question en comparant deux modèles contemporains d’intervention familiale actuellement très répandus. Ensuite je proposerai des repères qui aident à situer la famille par rapport aux modèles, en la voyant de façon ouverte, avec ses forces particulières, et qui peuvent ainsi nous guider dans nos choix d’intervention. » (p. 523)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
2 modèles théoriques (les approches narratives et psychoéducatives)

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Les difficultés des familles et les plaintes motivant la plupart des consultations surviennent dans un contextes fluctuant qui correspond à un moment spécifique de l’évolution familiale. L’auteur fait état des modèles théoriques les plus répandus à l’heure actuelle dans le domaine des interventions familiales, soit les approches narratives et psychoéducatives. Il démontre ensuite en quoi la définition de la plainte est souvent colorée par le modèle adopté par le thérapeute, et il souligne l’intérêt d’avoir accès à la subjectivité des familles plutôt que de s’en remettre à un modèle qui risque de simplifier le sens des difficultés familiales et d’en réduire la portée. Après avoir défini le concept d’identité familiale, il présente deux cas cliniques qui illustrent son utilité au moment d’évaluer la situation et les perspectives thérapeutiques dans chaque cas. » (p. 523)