La violence conjugale envers les femmes

La violence conjugale envers les femmes

La violence conjugale envers les femmes

La violence conjugale envers les femmess

| Ajouter

Référence bibliographique [7624]

Laroche, Denis. 1996. «La violence conjugale envers les femmes». Dans Les conditions de vie au Québec : un portrait statistique , sous la dir. de Yves Nobert, Asselin, Suzanne, Duchesne, Louis, Gauthier, Hervé, Jean, Sylvie et Laroche, Denis, p. 330. Québec: Gouvernement du Québec, Bureau de la statistique du Québec.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- Établir « [...] des connaissances plus précises sur le nombre de victimes et sur leurs caractéristiques. » (p. 298) de manière à mieux définir et cibler ces interventions.
- « [...] dégager diverses mesures de l’incidence et de la prévalence de la violence physique subie par les femmes au Québec en contexte conjugal, avec de nombreuses comparaisons en référence à l’ensemble du Canada. » (pp. 298-299)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Enquête sur la violence envers les femmes (EVEF) en 1993 : 12 3000 femmes âgées de 18 ans et plus à travers le Canada. (p. 298)

Instruments :
Questionnaire d’enquête

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Les résultats de ’l’Enquête sur la violence envers les femmes’, réalisée en 1993, montrent que la situation des divers indicateurs est généralement du même ordre au Québec que dans l’ensemble du Canada. Le taux d’incidence de la violence conjugale au cours des 12 mois précédant ’l’Enquête sur la violence envers les femmes’ atteint 30 femmes sur 1 000 chez les femmes vivant avec un conjoint au moment de l’enquête. Au Québec, en 1993, un tel taux représente environ 51 500 femmes. Une grande proportion des cas d’agression surviennent entre conjoints dont l’union est récente. Au Québec, chez les femmes vivant avec un conjoint, environ la moitié des cas d’agression (25 700), au cours de l’année précédant l’enquête, se sont produits dans des unions formées depuis trois ans et moins. » (p. 297)