Pratiques et représentations sociales des intervenantes et intervenants en santé face aux étapes de reproduction chez la femme

Pratiques et représentations sociales des intervenantes et intervenants en santé face aux étapes de reproduction chez la femme

Pratiques et représentations sociales des intervenantes et intervenants en santé face aux étapes de reproduction chez la femme

Pratiques et représentations sociales des intervenantes et intervenants en santé face aux étapes de reproduction chez la femmes

| Ajouter

Référence bibliographique [7608]

Lemelin, Sara. 1996. «Pratiques et représentations sociales des intervenantes et intervenants en santé face aux étapes de reproduction chez la femme». Mémoire de maîtrise, Sainte-Foy, Québec, Université Laval, Faculté des sciences sociales, École de psychologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- « Identifier les représentations que les intervenantes et intervenants communautaires se font des étapes de la reproduction chez la femme;
- Identifier et décrire les pratiques privilégiées par ces intervenants;
- Comparer entre elles les représentations particulières à chacune des trois étapes (menstruations, grossesse, ménopause). » (p. 24)

Questions/Hypothèses :
« Alors quelles représentation des étapes de reproduction chez la femme les intervenants communautaires se font-ils? Ces représentations sont-elles comparables (continues) à travers les trois étapes de reproduction (menstruations, grossesse, ménopause)? Quelles sont les pratiques associées à ces représentations? » (p. 24)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Dix-neuf intervenantes et un intervenant (n = 20) provenant de services publics, communautaires ou alternatifs de la santé de la région de Québec se prêtent à une entrevue semi-structurée. Huit d’entre eux oeuvrent au sein d’organismes communautaires, sept travaillent dans des écoles, trois dans un CLSC et deux (sages-femmes) exercent en pratique privée. La formation des intervenants est diversifiée : douze personnes ont une formation en soins infirmiers, une en médecine, une en travail social, une en agronomie, une en politique, une en sexologie, une en natation; la dernière est autodidacte mais en vois d’accréditation comme sage-femme. [...] Dans leur milieu de travail actuel, une personne agit en tant que médecin, huit comme infirmières, trois en tant que sage-femmes; trois personnes remplissent la tâche de coordinatrice, deux sont bénévoles, une fait de l’animation, une comble à la fois les postes de vice-présidente et trésorière tandis que la dernière est secrétaire. La moyenne du nombre d’années d’expérience dans leur secteur d’activité est de 15,4 ans tandis que l’expérience au sein de l’organisme auquel ils sont rattachés varie de quatre mois à 25 ans, pour une moyenne de 8.4 ans. En ce qui a trait à la clientèle, dix intervenants travaillent auprès d’adultes dont l’âge varie entre 19 et 50 ans, huit auprès d’adolescents et deux auprès d’adolescents et de jeunes adultes (13 à 24 ans). Leur clientèle provient de tous les milieux socio-économiques. » (p. 28)

Instruments :
Entrevue semi-structurée

Type de traitement des données :
Analyse de contenu, analyse statistique

3. Résumé


« Cette étude de type exploratoire réalisée à partir d’une analyse qualitative du contenu manifeste effectuée sur 20 entrevues semi-dirigées menées auprès de dix-neuf intervenantes et d’un intervenant oeuvrant dans des services de santé publics, privés ou communautaires, permet de dégager les pratiques et représentations sociales face aux étapes de reproduction chez la femme. Le champ de représentation de la majorité des répondants couvre les dimensions suivantes: physique, psychologique et socioculturelle. Quant aux interventions, elles s’exercent à différents niveaux : physique, psychologique, instrumental, éducatif et social, à l’aide d’outils diagnostiques, informatifs et développementaux. Une analyse de variance à mesures répétées montre qu’il existe un effet d’interaction entre l’étape de reproduction et la dimension représentationnelle qui lui est associée. Cette différence dans le champ de représentation est attribuable à l’étape ’grossesse’. Il appert en effet que les intervenantes et intervenants parlent significativement plus de la grossesse que des autres étapes de reproduction en termes psychologiques. »