La concertation à l’oeuvre : l’expérience du groupe de travail sur les agressions à caractère sexuel

La concertation à l’oeuvre : l’expérience du groupe de travail sur les agressions à caractère sexuel

La concertation à l’oeuvre : l’expérience du groupe de travail sur les agressions à caractère sexuel

La concertation à l’oeuvre : l’expérience du groupe de travail sur les agressions à caractère sexuels

| Ajouter

Référence bibliographique [7604]

Lemieux, Diane. 1996. «La concertation à l’oeuvre : l’expérience du groupe de travail sur les agressions à caractère sexuel». Dans Impact des changements sociaux actuels sur la violence faite aux femmes et aux enfants : Actes du séminaire tenu à Trois-Rivières le 3 novembre 1995 , Collection RÉFLEXIONS, Numéro 5, sous la dir. de Gilles Rondeau, Cantin, Solange et Pépin, Isabelle, p. 71-77. Québec et Montréal: Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes (Cri-viff).

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Présenter une réflexion sur les avantages de la concertation par groupe de travail en ce qui concerne la problématique des agressions à caractère sexuel.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Ma présentation ne constituera pas un résumé du rapport Les agressions sexuelles : STOP. Comme il m’a été demandé, je voudrais partager avec vous l’expérience du groupe de travail sur les agressions à caractère sexuel, particulièrement en ce qui a trait à l’aspect de la concertation.
Je tenterai également de faire référence aux expériences de concertation sur une base régionale et locale, celle du Groupe de travail se situant sur un plan provincial, puisque plusieurs d’entre vous proviennent du milieu des CLSC et du milieu communautaire et que vous êtes intimement liés à la concertation. Bien sûr, les enjeux de la concertation au niveau provincial peuvent être différents; la concertation régionale et locale implique souvent un partage des ressources financières, ce qui influence certainement la dynamique. Mais on peut tout de même tirer des leçons de cette expérience provinciale. » (p. 71)