Les pères ''Décrocheurs'' : au-delà des apparences et des discours

Les pères ''Décrocheurs'' : au-delà des apparences et des discours

Les pères ''Décrocheurs'' : au-delà des apparences et des discours

Les pères ''Décrocheurs'' : au-delà des apparences et des discourss

| Ajouter

Référence bibliographique [7521]

Quéniart, Anne et Fournier, François. 1996. «Les pères ''Décrocheurs'' : au-delà des apparences et des discours». Dans Comprendre la famille , sous la dir. de Gilles Pronovost, p. 65-78. Actes du 3e symposium québécois de recherche sur la famille tenu à l’Universié du Québec à Trois-Rivières en octobre 1995. Sainte-Foy, Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- Illustrer concrètement les différentes trajectoires empruntées par des pères désengagés.
- Tenter d’établir une typologie des différentes trajectoires de désengagement paternel empruntées par ces hommes.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Pères de 25 à 54 ans;
- En grande majorité issus de classes populaires et ayant une certaine homogénéité « [...] du point de vue de leurs représentations de la famille, la plupart, exception faite de notre première catégorie de pères, étant ’familialistes’ » (p. 68)
- « Au plan méthodologique, nous avons opté pour l’approche qualitative de la théorie ancrée (grounded theory). Une douzaine d’entrevues en profondeur, d’une durée de deux heures environ, ont été effectuées auprès de pères désengagés. » (pp. 67-68)

Instruments :
« Nous avons élaboré un guide d’entrevue très détaillé, visant à recueillir des données sur la place de l’enfant dans la vie du père et l’histoire du lien père-enfant avant, pendant et après la séparation. » (p. 68)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Depuis une trentaine d’années, sous le choc cumulatif de transformations en série, les repères symboliques, sociaux, institutionnels et juridiques fondant et structurant la paternité se sont effondrés : le modèle familial dominant a connu une déstructuration majeure, et surtout une perte radicale de légitimité. » (p. 66) Deux perspectives à la question de la paternité contemporaine peuvent être retracées dans les écrits. D’une part il existerait de nouvelles expressions de désengagement des hommes vis-à-vis de leurs responsabilités privées et et d’un autre côté, « La fonction paternelle aurait été dévaluée, l’espace et la légitimité du père anéantis ». (p. 66) Les auteurs soulignent toutefois qu’« [...] il devient de plus en plus périlleux de penser les hommes, a priori, uniquement en fonction d’une socialisation commune. Il faut maintenant penser aussi le processus de différenciation qui s’accentue depuis une vingtaine d’années, à l’intérieur de l’univers, culturel et normatif, masculin. [...] Dans une recherche en cours et dont les résultats préliminaires sont livrés ici, nous avons poursuivi notre analyse de la paternité contemporaine, mais en privilégiant cette fois l’étude des trajectoires de pères séparés ou divorcés qui n’ont plus de contact avec leur enfant. Une nouvelle fois, nous avons été frappés par la diversité des trajectoires de ces hommes, de même que par la présence du même type de différenciation, au sein de cet échantillon de pères désengagés, que nous avions identifié dans de précédentes recherches. » (p. 67)