Programme d’intervention pour les parents d’enfants autistes âgés de 2 à 6 ans

Programme d’intervention pour les parents d’enfants autistes âgés de 2 à 6 ans

Programme d’intervention pour les parents d’enfants autistes âgés de 2 à 6 ans

Programme d’intervention pour les parents d’enfants autistes âgés de 2 à 6 anss

| Ajouter

Référence bibliographique [75]

Thermidor, Ghitza. 2011. «Programme d’intervention pour les parents d’enfants autistes âgés de 2 à 6 ans». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, École de psychoéducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce mémoire est une étude exploratoire ayant pour but d’évaluer les effets d’un programme d’intervention pour les enfants autistes réalisé dans un contexte clinique.» (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Quatorze familles ayant «un enfant âgé entre deux et six ans ayant reçu un diagnostic d’autisme» (p. 20) ont participé à l’étude. «Le groupe expérimental est constitué de six garçons et de deux filles. […] Le groupe contrôle est constitué de six garçons […].» (p. 21)

Instruments :
L’auteure a utilisé deux questionnaires :
- Autism Diagnostic Interview-Revised (ADI-R)
- Autism Duagnostic Observation Schedule Generic (ADOS-G)

Elle a aussi utilisé une grille d’observation d’observation et un guide d’entretien semi-directif :
- Mullen Scales of Early Learning
- Vineland Adaptative Behavior Scales

Type de traitement des données :
Analyse statistique
Analyse de contenu

3. Résumé


«La littérature nous a appris que la guidance parentale est une avenue à préconiser lorsque vient le temps d’offrir une intervention à des parents d’enfants autistes. Ce support permet aux parents de se sentir plus compétents. Les bienfaits de la guidance parentale sont multiples tant sur le développement des enfants que sur le climat familial. Les résultats de cette étude ont démontré quelques changements pour les parents et les enfants. Par contre, plusieurs variables n’ont pas été contrôlées ce qui peut expliquer le peu d’effet obtenu. Pour les futures recherches, suite à l’annonce du diagnostic de leur enfant, il serait peut être intéressant de commencer le recrutement des familles après un certain délai. Cette démarche pourrait permettre aux parents d’entamer leur processus de deuil et d’être prêts à participer à une recherche. Parallèment à cela, afin d’obtenir un devis expérimental, il serait judicieux de promouvoir le recrutement des familles sur plusieurs sites, ceci augmenterait la possibilité d’obtenir un plus grand échantillon. Pour finir, dans notre étude, les services reçus par l’enfant ou sa famille n’ont pas été contrôlés. Dans le but de contourner cet obstacle, l’utilisation de familles recevant sensiblement les mêmes services seraient à valoriser. Ainsi, la différence entre les deux groupes serait le programme à l’étude.» (p. 49)