Pourquoi le Québec a-t-il décidé d’expérimenter la pratique des sages-femmes tandis que l’Ontario légalisait la profession ?

Pourquoi le Québec a-t-il décidé d’expérimenter la pratique des sages-femmes tandis que l’Ontario légalisait la profession ?

Pourquoi le Québec a-t-il décidé d’expérimenter la pratique des sages-femmes tandis que l’Ontario légalisait la profession ?

Pourquoi le Québec a-t-il décidé d’expérimenter la pratique des sages-femmes tandis que l’Ontario légalisait la profession ?s

| Ajouter

Référence bibliographique [7458]

Vadeboncoeur, Hélène, Maheux, Brigitte et Blais, Régis. 1996. «Pourquoi le Québec a-t-il décidé d’expérimenter la pratique des sages-femmes tandis que l’Ontario légalisait la profession ? ». Ruptures : revue transdisciplinaire en santé, vol. 3, no 2, p. 224-242.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Comprendre pourquoi une décision gouvernementale différente relativement à la reconnaissance légale de la pratique des sages-femmes fut prise à la même époque dans deux provinces différentes, qui présentaient au départ de nombreuses similitudes relativement au dossier de la légalisation des sages-femmes.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Recherche qualitative menée au Québec et en Ontario;
- Étude de cas comparant le Québec et l’Ontario;
- Étude exploratoire;
- Devis interprétatif;
- Entrevues semi-dirigées auprès de 9 informateurs-clés des groupes d’intérêt des deux provinces ( médecins, sages-femmes, usagères, représentants du gouvernement);
- Informateurs ayant joué un rôle-clé au cours des années ayant mené à l’adoption de la loi sur l’expérimentation au Québec (1990) et sur la légalisation en Ontario (1991).

Instruments :
Entretiens semi-structurés, réalisés au Québec et en Ontario. Questions générales destinées à identifier les facteurs respectifs ayant mené à l’une ou l’autre décision gouvernementale dans chaque province.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Au Canada, au cours des années 80, on a assisté à un mouvement en faveur de la reconnaissance légale de la profession de sage-femme. Parmi les provinces ayant manifesté l’intention de légaliser la profession, le Québec fut la seule province à décider de procéder à une expérimentation de la pratique. Pourquoi cette décision différente de la part du gouvernement québécois ? Cette étude exploratoire menée auprès d’acteurs-clés au Québec et en Ontario des différents groupes d’intérêt (médecins, sages-femmes, usagères, représentants du gouvernement) suggère qu’à la fois le contexte - la révision de la loi sur les professions de la santé en Ontario et la demande isolée des sages-femmes au Québec, les associations de sages-femmes fusionnant en Ontario et demeurant divisées au Québec - et le pouvoir médical plus influent au Québec seraient à l’origine de la décision différente des gouvernements québécois et ontarien.