Évaluation des projets-pilotes de la pratique des sages-femmes au Québec

Évaluation des projets-pilotes de la pratique des sages-femmes au Québec

Évaluation des projets-pilotes de la pratique des sages-femmes au Québec

Évaluation des projets-pilotes de la pratique des sages-femmes au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [7415]

Blais, Régis, Joubert, Pierre, Collin, Johanne, Contradriopoulos, André-P., De Koninck, Maria, Demers, Andrée, Fraser, William, White, Deena, Desbiens, Fracine, Gagnon, Claude, Hatem-Asmar, Marie, Krauss, Isabelle et Reinharz, Daniel. 1997. Évaluation des projets-pilotes de la pratique des sages-femmes au Québec. Montréal: Université de Montréal, Groupe de recherche interdisciplinaire en santé.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- « Apprécier les services offerts par les sages-femmes en regard des services médicaux courants en ce qui a trait à l’utilisation des technologies obstétricales, à la santé de la mère et de l’enfant, à l’humanisation et la continuité des soins et des coûts » (p. vii)
- « Identifier les facteurs organisationnels, professionnels et sociaux, de même que le mode d’intégration de sage-femme dans l’Équipe de périnatalité, qui favorisent les meilleurs résultats possibles ainsi que l’autonomie de la sage-femme. » (p. vii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Le devis utilisé est une étude de cas multiples avec groupes témoins appariés, où chaque projet-pilote est un cas. Dans les sept projets-pilotes autres que celui de Puvirnituq, qui a fait l’objet d’une évaluation particulière (voir plus bas), 1000 clientes de sages-femmes ont été pairées à 1000 clientes de médecins ayant des caractéristiques démographiques et un niveau de risque semblables. Différents instruments de mesure et sources de données ont été utilisés, dont les principaux sont: dossier périnatals remplis par les sages-femmes, dossier médico-hospitaliers, entrevues téléphoniques avec les clientes, questionnaires postnatals posté aux clientes deux à trois mois après leur accouchement, fichiers des services médicaux de la RAMQ, entrevues individuelles ou de groupes avec des acteurs clés (sages-femmes, médecins, infirmières, gestionnaires, etc.), analyse de documents de nature variée (propositions de projets-pilotes, rapports, correspondance, revue de presse, etc.) et observations sur le terrain. La collecte de données s’est déroulée entre février 1995 et décembre 1996. En ce qui concerne le projet de Puvirnituq, l’évaluation s’est appuyée sur des fiches statistiques résumant les dossiers cliniques pour les années 1995 et 1996 et sur des entrevues avec des acteurs clés concernés par ce projet. » (pp. vii-viii)

Instruments :
- dossier périnatal de sage-femme (DPSF);
- questionnaire postnatal;
- outil adapté du Manitoba Risk Score (Parboosingh, 1986).

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« En 1990, le Québec adoptait la ’Loi sur la pratique des sages-femmes dans le cadre de projets-pilotes’ (loi 4). Cette loi établissait les paramètres d’une expérimentation visant à déterminer l’opportunité de permettre ou non la pratique des sages-femmes au Québec et, le cas échéant, à identifier le mode d’organisation professionnelle de cette pratique et le mode d’intégration de la sage-femme dans l’équipe de périnatalité. Huit projets-pilotes ont ainsi été mis en place à travers le Québec: Puvirnituq (qui existait déjà depuis 1986), Gatineau, Montréal (quartier Côte-des-Neiges), Pointe-Claire, Sherbrooke, Saint-Romuald, Alma, Mont-joli. À l’exception de celui de Puvirnituq, qui est situé dans un hôpital, tous les projets-pilotes ont pris la forme de maisons de naissance affiliées à des CLSC. C’est en maison de naissance que les clientes de sages-femmes sont suivies et accouchent. Le personnel soignant y est composé de sages-femmes et d’assistantes natales. En cas de problème, les clientes sont référées à des médecins ou transférées à l’hôpital. » (p. vii) Par cette recherche les auteurs tentent d’évaluer les services offerts par les projets-pilotes de sages-femmes à la lumière des services octroyés par les technologies obstétricales et de voir les éléments qui permettraient une meilleure inclusion des services de sages-femmes dans une équipe de soins périnataux. Les auteurs suggèrent à la suite de cette recherche, plusieurs recommandations.