D’espoirs et de réalités : les stratégies de conciliation des mères en emploi

D’espoirs et de réalités : les stratégies de conciliation des mères en emploi

D’espoirs et de réalités : les stratégies de conciliation des mères en emploi

D’espoirs et de réalités : les stratégies de conciliation des mères en emplois

| Ajouter

Référence bibliographique [7382]

Corbeil, Christine et Descarries, Francine. 1997. «D’espoirs et de réalités : les stratégies de conciliation des mères en emploi». Dans Stratégies de résistance et travail des femmes , sous la dir. de Angelo Soares, p. 123-149. Montréal: Harmattan.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Chercher à vérifier dans quelle mesure des mères québécoises de statuts familial et socio-professionnel variés ont modifié leurs perceptions et leurs attentes par rapport à la conjugualité, à la maternité et au marché du travail, et comment elles vivent leur condition de mère travailleuse et négocient cette double identité. » (p. 124)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
493 femmes à l’emploi dans deux grandes institutions de la région montréalaise: soit une institution d’enseignement supérieur (n=300) et une institution financière (n=183)².

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement de données :
Analyse de contenu, analyse statistique

3. Résumé


« Le présent article propose une réflexion sur les stratégies concrètes dûment initiées par les mères en emploi pour maintenir leurs activités économiques, tout en répondant aux exigences et aux contraintes de la vie familiale. » (p. 124) De ce fait deux types de stratégies ont été distinguées, soit celles qui touchent l’organisation de la vie familiale ou de la vie personnelle des mères en emploi et celles qui s’actualisent dans l’univers du travail. De cette première perspective ressortent deux thèmes: le rapport au temps et la collaboration du conjoint. Les répondantes ont démontré une rationnalité de gestionnaire appliquée à la fois à la planification des tâches ménagères et à l’organisation des déplacements. De plus elles semblent miser sur la l’aspect temporaire de la situation et comptent sur le fait qu’en grandissant les enfants allégeront leurs tâches ainsi constitueront une solution à leurs problèmes. En contre-partie les réponses obtenues concernant les rapports conjuguaux ont été moins uniformes. Trois types d’organisation familiale ont alors été identifiés : celle où les rôles sont demeurés inchangés, celle où un nouveau partage a été négocié et celle où coexistent des attitudes plus traditionnelles et d’autres plus novatrices quant à la division sexuelle des rôles. Dans un deuxième temps les stratégies négociées dans l’univers du travail ont été regroupées autour de ces principaux thèmes: les congés, l’absentéisme au travail, la réduction du temps de travail ainsi que la revendication de l’aide de l’État et des employeurs. Les mères ont alors identifié les stratégies adoptées de même que celles qui contribueraient à une meilleure conciliation de leur vie familiale et professionnelle. En filigrane ceci permet de conclure sur l’ampleur des changements sociaux engendrés par l’évolution de la sphère familiale et professionnelle et les besoins générés par ceux-ci.