Les ambiguïtés dramatiques du don dans l’adoption

Les ambiguïtés dramatiques du don dans l’adoption

Les ambiguïtés dramatiques du don dans l’adoption

Les ambiguïtés dramatiques du don dans l’adoptions

| Ajouter

Référence bibliographique [7355]

Dubois, Lorraine. 1997. «Les ambiguïtés dramatiques du don dans l’adoption». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de sociologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’étude permet sous un horizon nouveau les idées sur la famille adoptive et sur le don dans l’adoption. » (p. iv)

Questions/Hypothèses :
« [...] est-ce possible de définir une parenté sans les liens de sang? » (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Entrevues individuelles, semi-dirigées;
- Observation-participante dans une association de retrouvailles dans le cadre de rencontres hebdomadaires;
- 9 personnes, (6 femmes, 3 hommes), 5 adoptés sont nés dans les années 50 trois dans les années 60 et le plus jeune en 1972. « La plupart (7) ont été adoptés au début de leur vie, entre l’âge de deux et six mois. Il y a deux cas d’adoption tardive, soit à l’âge de quatre et cinq ans. Sept personnes ont vécu dans des institutions religieuses telles que la Miséricorde et la Chapelle de la Réparation à Montréal ou La Sauvegarde à Québec. Il y a eu un cas d’adoption dans la famille, par un oncle (du côté de la mère). Cinq d’entre eux ont grandi en région et quatre autres dans la métropole. » (p. 47)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Dans ce mémoire nous avons mené une enquête sur l’adoption en la considérant sous l’angle d’un échange, spécifiquement comme un échange-don. Nous avons élaboré un cadre conceptuel pour l’étude du don dans l’adoption et émis deux hypothèses de travail. La première est que la famille adoptive déplace les frontières de la parenté et deuxième hypothèse est que le don anonyme ne convient pas à l’adoption. Nous avons développé un modèle de recherche opérationnel basé sur le modèle d’analyse du don et de la dette dans la famille. Après avoir établi une typologie des familles adoptives, nous avons analysé les comportements des adoptés en rapport avec la possibilité qu’il leur est offerte aujourd’hui d’entreprendre des recherches sur leurs antécédents familiaux. » (p. iv)