Le complexe paternel

Le complexe paternel

Le complexe paternel

Le complexe paternels

| Ajouter

Référence bibliographique [7347]

Dulac, Germain. 1997. «Le complexe paternel». Dans Père à part entière , sous la dir. de Jacques Broué et Rondeu, Gilles, p. 11-24. Montréal: Éditions Saint-Martin.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Le texte vise à nous informer « [...] des mutations qui touchent les rôles parentaux et de la manière selon laquelle les hommes intègrent ces rôles et s’ajustent face au complexe paternel ». (p. 11) Il vise également à présenter « [...] certains résultats de l’analyse en partant de la question de la place des enfants dans la vie des hommes ». (p. 12)

Questions/Hypothèses :
- Quelles sont les différentes sources d’influences des représentations de la paternité?
- En quoi la paternité se trouve-t-elle complexifiée par l’arrimage des multiples étayages des rôles masculins et par la situation de classe de l’individu?
- Quelle est la place des enfants dans la vie des hommes?

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Le texte est construit à partir de l’analyse du document : Renée B. Dandurand, Léon Bernier, Denise Lemieux et Germain Dulac, Le désir d’enfant : du projet à la réalisation, rapport de recherche remis au CQRS, 1994. Il s’appuie sur « [...] les propos recueillis auprès de 29 hommes dans la trentaine qui appartiennent à différents milieux socio-économique et qui vivent différentes situations conjugales ». (p. 11)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


À partir de propos recueillis auprès de 29 hommes dans la trentaine, l’auteur : « [...] nous informe des mutations qui touchent les rôles parentaux et de la manière selon laquelle ces hommes intègrent ces rôles et s’ajustent au complexe paternel. Par complexe, il faut entendre l’association de plusieurs éléments qui forment une entité et qui définissent la paternité. Ici, l’idée de complexe renvoie à différentes sources d’influence soit a) la norme sociale du ’bon père’, b) les demandes de la conjointe, c) l’héritage familial ». (pp. 11-12) « En plus de composer avec ces sources d’influence, la paternité est complexifiée par l’arrimage des multiples étayages des rôles masculins et par la situation de classe de l’individu. » (p. 12) « De plus, les changements dans la distribution des rôles entre les hommes et les femmes ainsi que la redéfinition de la paternité impliquent que de plus en plus d’hommes seront tentés d’investir dans la paternité et occuperont une place plus importante auprès de leurs enfants. » (p. 14) « Pour certains pères, l’articulation de la fonction de pourvoyeur et celle du ’paternage’ est sereine [...] » (p. 15) alors que pour d’autres, notamment pour les pères de milieux populaires, « La situation plus problématique renvoie une intégration plus difficile de ces deux dimensions ». (p. 15) « Enfin, il semble que malgré les incertitudes de la vie quotidienne, l’attachement, comme l’amour, la compassion à l’égard d’autrui sont toujours des valeurs importantes. L’enfant représente chez les hommes interrogés une valeur, un point de référence et de sens qui permet de construire une identité, de communiquer avec les autres et qui donne une cohérence affective à l’expérience humaine. » (p .21)