Comparaison de l’estime de soi et du soutien social disponible chez les enfants de trois types de milieux familiaux

Comparaison de l’estime de soi et du soutien social disponible chez les enfants de trois types de milieux familiaux

Comparaison de l’estime de soi et du soutien social disponible chez les enfants de trois types de milieux familiaux

Comparaison de l’estime de soi et du soutien social disponible chez les enfants de trois types de milieux familiauxs

| Ajouter

Référence bibliographique [7346]

Durocher, Christine. 1997. «Comparaison de l’estime de soi et du soutien social disponible chez les enfants de trois types de milieux familiaux». mémoire de maîtrise, Trois-Rivières, Québec, Université du Québec à Trois-Rivières, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette étude tire son originalité du fait qu’elle s’attarde aux différences d’estime de soi et de soutien social présentés à long terme chez les enfants de trois milieux familiaux différents et du fait aussi, qu’elle tente de déterminer l’importance relative des diverses variables spécifiques considérées par certains auteurs comme susceptibles d’influencer l’estime de soi des enfants. » (p. 58)

Questions/Hypothèses :
« Quatre grandes questions de recherche sont soulevées : 1) Déterminer si des différences ressortent au niveau de l’estime de soi des enfants en fonction des trois types de milieux familiaux; 2) déterminer si des différences ressortent au niveau de la quantité et de la qualité du soutien social disponible aux enfants selon le type de famille où ils évoluent; 3) déterminer si l’estime de soi varie en fonction de la quantité et de la qualité du soutien social disponible aux enfants peu importe le type de famille où ils vivent; 4) déterminer l’effet attribuable à différentes variables susceptibles d’influencer l’estime de soi (revenu familial, type de familles, soutien social, taille de la famille, rang dans la famille, âge des enfants, sexe des enfants). » (p. 58)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Cette étude est élaborée à partir d’un échantillon de 159 enfants de huit à treize ans répartis en fonction de trois structures familiales différentes: familles intactes (n=96), familles monoparentales (n=38) et familles reconstituées (n=25). [...] Les sujets de cette étude fréquentent tous des écoles primaires de la Commission scolaire Outaouais-Hull. [...] Les écoles primaires ont été sélectionnées dans différents quartiers de la ville de Hull de façon à ce que l’échantillon soit composé d’enfants de niveaux socio-économiques différents. » (p. 63)

Instruments :
- Jodoin 40 (Jodoin, 1976) (test);
- Sentiment d’être soutenu (Muckle, Tessier et Piché, 1991) (test).

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Très peu d’auteurs se sont attardés, à l’intérieur d’une même étude, à déterminer les différences d’estime de soi et de soutien social présentes à long terme chez les enfants provenant des trois principaux types de milieux familiaux (familles intactes, monoparentales et reconstituées). Parmi les auteurs ayant considéré ces variables,certains sont arrivés à déterminer la présence d’un lien entre le type de familles et l’estime de soi des enfants qui y vivent. D’autres ont démontré que le soutien social disponible aux enfants varie selon le type de milieu familial où évoluent ces derniers. De plus, diverses études effectuées auprès d’enfants ont démontré l’existence d’un lien significatif entre le soutien social et l’estime de soi. La présente étude vient donc s’inscrire dans un processus d’élaboration de facteurs susceptibles d’influencer l’estime de soi des enfants de différents milieux familiaux. [...] Il est possible de conclure à partir des résultats de cette étude, que le soutien social ne diffère pas d’un type à l’autre de familles, mais que l’estime de soi est significativement plus faible chez les enfants de familles monoparentales que chez les enfants de familles intactes. Il apparait également que la variable qualité de soutien social est celle qui possède le plus de poids, par rapport aux autres variables considérées dans cette étude, quant à la constitution de l’estime de soi des enfants. Enfin, une des conclusions tirées de cette recherche soulève le fait qu’il serait intéressant de reprendre l’étude de la quantitié et de la qualité du soutien social rapportées par les enfants à l’aide d’un instrument de mesure mieux adapté aux enfants de ce groupe d’âge. »