Conscience et responsabilités reproductives chez l’adolescent : enjeux pour une paternité à part entière

Conscience et responsabilités reproductives chez l’adolescent : enjeux pour une paternité à part entière

Conscience et responsabilités reproductives chez l’adolescent : enjeux pour une paternité à part entière

Conscience et responsabilités reproductives chez l’adolescent : enjeux pour une paternité à part entières

| Ajouter

Référence bibliographique [7340]

Forget, Gilles. 1997. «Conscience et responsabilités reproductives chez l’adolescent : enjeux pour une paternité à part entière». Dans Père à part entière , sous la dir. de Jacques Broué et Rondeau, Gilles, p. 137-154. Montréal: Éditions Saint-Martin.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’auteur propose une réflexion sur la paternité à travers le prisme de la reproduction et des rôles adoptés par l’homme. Il vise également à développer une meilleure compréhension des opportunités offertes aux différentes ressources et services de notre société pour participer à l’émergence d’une plus grande implication des hommes et ainsi, favoriser l’engagement paternel. » (p. 139)

Questions/Hypothèses :
Quels sont les facteurs susceptibles d’influer sur les comportements masculins à l’égard de la sexualité et de la contraception?
En quoi cette éducation à la sexualité peut-elle favoriser le développement de la paternité?

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Une partie du texte se base sur l’évaluation du projet « SEXPRIMER »;
- Ce projet a fait l’objet d’une étude dont l’objectif était l’évaluation des résultats (voir Bilodeau, Forget et Tétreault, 1994). « L’évaluation a rejoint 986 adolescents et adolescentes montréalais de milieux défavorisés. » (p. 146) Une autre partie se base sur une recherche exploratoire auprès de 100 adolescents de 3e secondaire d’une polyvalente de l’est de Montréal. « Cette étude repose sur l’analyse de sept groupes de discussion et visait à confronter les études sur le genre masculin et la sexualité masculine et préciser les dimensions et les façons d’aborder l’éducation à la sexualité sous un angle masculin. » (p. 147)

Instruments :
« Un résumé des propos tenus dans chacun des groupes est alors constitué à l’aide des enregistrements et est analysé par la suite en fonction de chacune des dimensions (changements physiologiques et sexuels à l’adolescence, la notion de virilité, la communication sur la sexualité et la contraception avec les parents, amis et partenaires). L’ensemble est réuni pour constituer l’analyse qui synthétise les données et elle est validée par l’ensemble de l’équipe. » (p. 148)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Le texte traite de la grossesse à l’adolescence. L’auteur affirme que, malgré les campagnes de prévention, ce phénomène demeure en augmentation au Québec. Or, la paternité à l’adolescence ne résulte pas à priori d’un libre choix, ce qui provoque généralement une absence de père et un risque élevé de négligence envers les enfants. Comme le souligne l’auteur, « Les adolescents forment un groupe confronté à de multiples problèmes : pauvreté, chômage, peu d’habiletés professionnelles et d’éducation. Ces jeunes hommes ont aussi peu d’estime de soi ». (p. 140) Cette réalité a donc amené l’auteur à questionner les services offerts aux adolescents en matière de comportement sexuel. Il passe en revue différents programmes de prévention mis sur pied au cours des années 70 à travers lesquels, il constate un faible intérêt chez les garçons. C’est ainsi qu’il propose de revoir la conscience et les responsabilités reproductives des hommes afin de participer à l’émergence d’un nouveau discours sur la paternité. Dans un premier temps, il rapporte très brièvement les résultats d’une enquête menée en 1994 auprès de 986 élèves du secondaire. Il constate qu’il est difficile de rejoindre les garçons. En effet, ceux-ci sont moins bien informés, utilisent moins souvent que les filles des moyens contraceptifs ou le font de façon inadéquate. De plus, ils seraient plus réfractaires à l’idée de planifier la contraception avant leur relation sexuelle et ils auraient moins de motivation à aller consulter les intervenants. Devant cette réalité, l’auteur propose une éducation à la sexualité au masculin qui valoriserait les composantes liées à la masculinité:virilité, solidité, sensibilité, paternité au cours de laquelle le garçon serait appelé à décider de son propre désir de devenir père. Ceci aurait comme avantage d’associer les hommes à l’ensemble de ce processus et de développer un engagement paternel plus solide. Pour y parvenir toutefois, il reprend les propos de Levine (93) à l’effet de développer des environnements de services favorables aux hommes.