Dynamique de mobilité et construction identitaire

Dynamique de mobilité et construction identitaire

Dynamique de mobilité et construction identitaire

Dynamique de mobilité et construction identitaires

| Ajouter

Référence bibliographique [732]

Girard, Camil et Leblanc, Patrice. 2010. «Dynamique de mobilité et construction identitaire». Dans L’identité des jeunes en contexte minoritaire , sous la dir. de Annie Pilote et de Souza Correa, Sìlvio Marcus, p. 73-98. Québec: Presses de l’université Laval.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cet article analyse «[...] le processus de construction identitaire des jeunes autochtones du Québec.» (p. 74)

Questions/Hypothèses :
Dans ce chapitre les auteurs tentent de répondre à la question suivante: quelles sont les caractéristiques du processus de construction identitaire des jeunes autochtones du Québec et sur quoi repose-t-il?

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon de cette recherche repose sur «[...] une trentaine de jeunes Innus, Attikamekw et Algonquins.» (p. 75)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Dans ce chapitre, les auteurs posent «[…] quelques jalons théoriques sur les rapports de la culture, de l’interculture et de l’acculturation dans le processus de construction identitaire. [Ensuite, ils exposent] un portrait de la mobilité des jeunes autochtones du Québec, puis une analyse de quelques éléments de l’identité et de sa construction […].» (p. 75) Les jeunes autochtones interrogés «présentent […] des différences notables par rapport aux autres jeunes Québécois au regard de leur construction identitaire. Ils sont en effet à construire une identité dans la modernité qu’ils assument et désirent intégrer aux valeurs de leur culture d’origine. En cela, [les auteurs peuvent avancer] que les jeunes autochtones du Québec cherchent à construire une identité dans un contexte d’affirmation, de tension et d’ambivalence qui leur est particulier.» (p. 92) Une section de ce chapitre est consacrée à la famille que ces jeunes «[…] considèrent comme le lieu premier de construction de leur identité autochtone.» (p. 91)