Point de vue écologique sur les services préscolaires et milieux défavorisés

Point de vue écologique sur les services préscolaires et milieux défavorisés

Point de vue écologique sur les services préscolaires et milieux défavorisés

Point de vue écologique sur les services préscolaires et milieux défavoriséss

| Ajouter

Référence bibliographique [7309]

Jacques, Marie et Baillargeon, Madeleine. 1997. «Point de vue écologique sur les services préscolaires et milieux défavorisés». Dans Éduquer avant l’école. L’intervention préscolaire en milieux défavorisés et pluriethniques , sous la dir. de François Victor Tochon, p. 207-228. Montréal, Paris: Les Presses de l’Université de Montréal, De Boeck Université.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Notre analyse a pour objectif principal d’apporter une perspective systémique sur les facteurs liés aux difficultés rencontrées par les enfants de milieux défavorisés en garderie et en maternelle, qui sont souvent des précurseurs des problèmes d’adaptation au système scolaire. Elle a plus particulièrement pour objet de dégager les caractéristiques des services préscolaires qui assureraient une réponse optimale aux besoins des enfants et de leurs familles à la lumière de nos connaissances sur le développement de l’enfant, de nos expériences de formation et des résultats de nos recherches. » (p. 207)

3. Résumé


« Dans le deuxième chapitre, Marie Jacques et Madeleine Baillargeon proposent un point de vue écologique sur les services préscolaires dans les milieux défavorisés. Elles passent d’abord en revue les facteurs qui, selon elles, doivent être considérés afin d’empêcher le décrochage scolaire. Ces facteurs sont liés à l’enfant de milieu défavorisé, à l’enseignante et aux relations entre la famille et l’école. Les auteurs proposent une vision écologique de la petite enfance qui s’articule autour de la familles, des services de garde et de la maternelle comme microsystème, des relations famille-service de garde-école comme mésosystème, des organismes décisionnels comme exosystèmes et, enfin, de l’appareil politique et des valeurs qu’il véhicule comme macrosystème. L’analyse systémique de la problématique de la petite enfance que proposent Jacques et Baillargeon met en évidence certains facteurs de risque que comporte l’organisation sociale québécoise. Elles suggèrent l’établissement d’un réseau de services préscolaires appropriés. » (p. 21)