Les familles d’accueil spécifiques : vers une utilisation du réseau d’entraide et de la famille d’accueil de parenté

Les familles d’accueil spécifiques : vers une utilisation du réseau d’entraide et de la famille d’accueil de parenté

Les familles d’accueil spécifiques : vers une utilisation du réseau d’entraide et de la famille d’accueil de parenté

Les familles d’accueil spécifiques : vers une utilisation du réseau d’entraide et de la famille d’accueil de parentés

| Ajouter

Référence bibliographique [7297]

Lalande, Denise. 1997. «Les familles d’accueil spécifiques : vers une utilisation du réseau d’entraide et de la famille d’accueil de parenté». Dans Maintien des liens familiaux et placement d’enfants , sous la dir. de Marie Simard, p. 59-70. Actes du colloque de l’équipe Jeunes et familles en transition du Centre de recherche sur les services communautaires tenu les 14-15 novembre 1996 à l’Université Laval. Québec: Université Laval, Centre de recherche sur les services communautaires.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- Tenter de donner une notion de ce qu’est un placement.
- Tenter de clarifier le rôle des familles (d’accueil, élargie).
- Formuler quelques principes directeurs permettant d’orienter les recherches futures sur la question du placement et impliquant des changements de pratique, d’ordre clinique et sur les modalités de gestion.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Les quelques idées que je vais partager avec vous aujourd’hui proviennent d’un document rédigé par un groupe mis sur pied par l’Association des centres jeunesse du Québec sur les familles d’accueil spécifiques (1994-1995). Le titre que nous lui avons donné Vers une utilisation du réseau d’entraide de la famille d’accueil de la parenté reflète le cheminement de notre réflexion. [...] Notre réflexion avait pour objet de proposer des orientations face à cette réalité. Pour ce faire, il nous est d’abord apparu indispensable d’en cerner les ambiguïtés, sinon les paradoxes, et ensuite de situer le rôle de ces familles par rapport à l’enfant, bien sûr, mais aussi leur rôle social et leur lien avec l’intervention clinique posée à l’endroit de l’enfant qu’elles accueillent. » (p. 59)