Pères seuls et beaux-pères : l’importance de la monoparentalité et des recompositions familiales dans la vie des hommes

Pères seuls et beaux-pères : l’importance de la monoparentalité et des recompositions familiales dans la vie des hommes

Pères seuls et beaux-pères : l’importance de la monoparentalité et des recompositions familiales dans la vie des hommes

Pères seuls et beaux-pères : l’importance de la monoparentalité et des recompositions familiales dans la vie des hommess

| Ajouter

Référence bibliographique [7291]

Le Bourdais, Céline et Desrosiers, Hélène. 1997. «Pères seuls et beaux-pères : l’importance de la monoparentalité et des recompositions familiales dans la vie des hommes». Dans Père à part entière , sous la dir. de Jacques Broué et Rondeau, Gilles, p. 113-137. Montréal: Éditions Saint-Martin.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- Déterminer en quoi les trajectoires familiales des hommes diffèrent de celles des femmes.
- Tenter de situer les phases de monoparentalité et de recomposition familiale dans le parcours de vie des hommes.

Qestions/Hypothèses :
Combien d’hommes connaîtront, à un moment ou l’autre de leur vie, un épisode de vie en famille monoparentale ou en famille recomposée? Combien de temps dureront ces épisodes et comment se termineront-ils? En quoi les épisodes familiaux des hommes se distinguent-ils de ceux qui sont vécus par les femmes?

2. Méthode

L’étude s’appuie sur des données rétrospectives de l’Enquête sociale générale sur la famille et les amis menée par Statistique Canada en 1990. Cette enquête a recueilli les histoires matrimoniales et parentales d’un large échantillon d’environ 13500 répondants, hommes et femmes âgés de 15 ans ou plus en 1990. Par contre, seuls les répondants âgés de 18 à 65 ans au moment de l’enquête ont été retenus pour la présente étude.

Instruments :
Les auteurs ont utilisé des tables d’extinction multiples pour l’analyse des modalités d’entrée et de sortie des épisodes familiaux.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Le texte fait état des comportements matrimoniaux des hommes et des femmes à la suite d’une séparation. En effet, les bouleversements notés dans les comportements matrimoniaux et reproductifs des individus au cours des 25 dernières années ont eu pour effet de modifier sensiblement la dynamique de formation, de dissolution et de recomposition des familles dans la plupart des sociétés occidentales. L’augmentation du divorce et des séparations ont eu pour effet de transformer profondément les conditions d’exercice de la parentalité. Ce texte porte cependant plus spécifiquement sur l’évolution de la parentalité au masculin. L’entrée dans la monoparentalité ne se fait pas de la même façon si nous sommes de sexe masculin ou féminin. D’abord, les femmes sont beaucoup plus nombreuses que les hommes à vivre une situation de monoparentalité et elles le font généralement à un âge plus jeune. Il semble aussi que les femmes soient plus nombreuses à expérimenter la monoparentalité à la suite d’une naissance hors union alors que les hommes sont plus susceptibles de se retrouver à la tête de leur famille après avoir assisté au décès de leur conjointe. Les auteurs affirment aussi que la dissolution de l’union libre est à l’origine de la majorité des situations monoparentales observées. En ce qui a trait à la famille recomposée, il semble que ce soit un phénomène plus répandu chez les hommes que chez les femmes. Par contre, il semble que cette famille recomposée se fasse autour d’un noyau monoparental mère-enfant auquel s’est joint un homme. Les auteures abordent aussi la dynamique de la mobilité familiale où il est notamment question du temps vécu en situation de monoparentalité. Les hommes ne semblent pas plus nombreux à quitter la monoparentalité à la suite d’une mise en couple. Ils entrent cependant en union beaucoup plus rapidement que les femmes, ce qui laisse croire que la monoparentalité masculine est de plus courte durée.