Repères généalogiques dans l’identité adoptive

Repères généalogiques dans l’identité adoptive

Repères généalogiques dans l’identité adoptive

Repères généalogiques dans l’identité adoptives

| Ajouter

Référence bibliographique [7261]

Ouellette, Françoise-Romaine. 1997. «Repères généalogiques dans l’identité adoptive». Dans La généalogie entre science et passion , sous la dir. de Tiphaine Barthelemy et Pingaud, Marie-Claude, p. 295-305: CTHS.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Analyse des résultats d’une recherche anthropologique des discours et des pratiques des principaux acteurs institutionnels de l’adoption au Québec.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Analyse qualitative

3. Résumé


Notre organisation généalogique de la parenté est fondée sur le résultat de l’association communément acceptée de la filiation et des liens du sang. Or, dans le cas de l’adoption, la filiation n’est pas établie par la naissance mais par une volonté d’intégration psychosociale, légale et symbolique. Face à ce décalage, la question de savoir qui sont les vrais parents se pose. L’auteur analyse d’abord analyse d’abord les définitions de l’enfant, du parent et de la famille qui permettent de définir l’adoption comme une mesure de protection de l’enfant et d’atténuer l’importance sociale et symbolique des liens de filiation. Elle montre ensuite brièvement comment les parents d’un enfant adopté à l’étranger se posent la question de ses origines et de son identité, en étudiant les récits des premiers contacts, les pratiques de nomination et les efforts de constitution d’une mémoire de ses origines. Elle note, en particulier, qu’ils formulent la question des origines de l’enfant dans le registre de la culture et de l’ethnicité, appréhendant ainsi l’enfant dans son altérité sans pour autant compromettre l’exclusivité de sa filiation adoptive.