Quel horaire, What Schedule? La conciliation travail-famille et l’horaire de travail irégulier des téléphonistes

Quel horaire, What Schedule? La conciliation travail-famille et l’horaire de travail irégulier des téléphonistes

Quel horaire, What Schedule? La conciliation travail-famille et l’horaire de travail irégulier des téléphonistes

Quel horaire, What Schedule? La conciliation travail-famille et l’horaire de travail irégulier des téléphonistess

| Ajouter

Référence bibliographique [7238]

Prévost, Johane et Messing, Karen. 1997. «Quel horaire, What Schedule? La conciliation travail-famille et l’horaire de travail irégulier des téléphonistes». Dans Stratégies de résistance et travail des femmes , sous la dir. de Angelo Soares, p. 251-270. Montréal: Harmattan.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Décrire les situations vécues et les enjeux soulevés par la conciliation des responsabilités familiales et professionnelles. En l’occurence le moyen analysé est la garde d’enfants.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
30 téléphonistes d’une grande entreprise canadienne du secteur des communications: dont 28 femmes et 2 hommes, qui ont des enfants de 12 ans et moins

Instruments :
Journal de bord;
- Entrevues téléphoniques;
- Questionnaire.

Type de traitement de données :
Analyse de contenu, analyse statistique

3. Résumé


« Cette étude a porté sur l’organisation quotidienne de la garde des enfants, posée ici comme une activité de conciliation des responsabilités familiales et professionnelles, dans le contexte spécifique d’un horaire de travail irrégulier. » (p. 252) Chaque action, posée dans le but d’organiser quotidiennement la garde des enfants a été répertoriée dans un carnet de bord qui a été ensuite analysé. En 14 jours par exemple les 30 téléphonistes impliquées ont rapporté 212 démarches d’arrangement de garde. Ensuite figurent les ressources de garde. Ainsi la distribution du temps entre les différents acteurs du réseau ainsi que les limites et contraintes de chacun ont été analysées. Apparaît rapidement toute la complexité liée à la recherche continuelle de disponibilité. « L’enquête par questionnaire a d’ailleurs démontrée qu’une part importante des téléphonistes de sexe féminin (68,5%) se situent dans la catégorie élevée de l’échelle de détresse psychologique de l’Ilfeld, alors que la proportion est de 33,3% dans une population comparable à l’échelle du Québec. » (p. 269) En effet les démarches d’échange d’horaire, de recherches incessantes de ressources de garde et d’aménagement du temps soulèvent toute la complexité des stratégies reliées à la conciliation des responsabilités familiales et professionnelles.