Empathie des pères incestueux et des mères non abuseuses

Empathie des pères incestueux et des mères non abuseuses

Empathie des pères incestueux et des mères non abuseuses

Empathie des pères incestueux et des mères non abuseusess

| Ajouter

Référence bibliographique [7195]

Turcotte, Yvan, Lussier, Yvan, Bertrand, Jacques et Perron, Alain. 1997. «Empathie des pères incestueux et des mères non abuseuses ». Revue Québécoise de Psychologie, vol. 18, no 3, p. 169-187.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Questions/Hypothèses :
Étude 1 :
« La première hypothèse stipule que les individus ayant été abusés sexuellement durant leur enfance auront une plus faible capacité d’empathie à l’âge adulte, comparativement à ceux qui n’ont pas été abusés. La deuxième hypothèse soutient que les individus ayant été abusés sexuellement durant leur enfance présenteront des niveaux plus élevés de névrotisme, d’introversion et de symptômes psychologiques que ceux n’ayant pas été abusés sexuellement. » (p. 172)
Étude 2 :
« L’étude 2 poursuit des objectifs similaires à ceux formulés dans la première, à la différence que celle-ci s’appuie sur une conception multidimensionnelle de l’empathie. » (p. 175)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Étude 1 :
« L’échantillon a été recruté au sein d’un Programme d’évaluation et de traitement des abus sexuels intrafamiliaux (PÉTAS) des Centres Jeunesse Mauricie-Bois-Francs. Il se compose de 30 abuseurs sexuels intrafamiliaux et de 20 mères de victimes d’abus sexuel. Il y a 15 couples parmi ces 50 personnes. » (p. 173)
Étude 2 :
« L’échantillon de la deuxième étude est composé de 93 mère (non abuseures) de victimes d’abus sexuels et de 29 hommes incestueux. [...] Les hommes ont en moyenne 39 ans et ont 9,6 années de scolarité. Ils sont mariés dans 47% des cas et cohabitent avec une femme dans 77% des cas; la moyenne d’années de cohabitation est de 13 ans. Il ont en moyenne 1,4 enfant et leur revenu moyen est de 23 600$. [...] Les participantes ont en moyenne 2,4 enfants et leur revenu moyen est de 13 482$. » (p. 177)

Instruments :
- Questionnaire d’empathie émotionnelle;
- Inventaire de la personnalité (NEO-FFI) (Coste et McCrae, 1985);
- Index de symptômes psychologiques;
- Interpersonal Reactivity Index (Davis, 1980) (Étude 2 seulement).

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Deux études composent le présent article. La première étude aborde l’empathie émotionnelle, les dimensions de la personnalité et les symptômes psychologiques de 30 abuseurs sexuels intrafamiliaux et de 20 mères de victimes d’abus sexuels. Les résultats des questionnaires autoadministrés démontrent que les hommes incestueux qui ont été abusés sexuellement durant leur enfance possèdent une plus grande capacité d’empathie émotionnelle que les homme abuseurs n’ayant pas subi d’abus sexuel au cours de leur enfance. Également, les personnes abusées sexuellement durant leur enfance présentent davantage de névrotisme et de symptômes psychologiques que celles n’ayant pas été abusées. Ces résultats ont conduit à la réalisation d’une deuxième étude menée auprès de 93 mères de victimes d’inceste et de 29 hommes incestueux afin d’examiner si les deux formes d’empathie (cognitive et émotionnelle), les dimensions de la personnalité et la détresse psychologique étaient reliées à l’abus sexuel subi durant l’enfance. Les résultats suggèrent qu’aucune des dimensions de l’empathie ne varie en fonction de l’abus sexuel subi pendant l’enfance. Par contre, les personnes abusées sexuellement durant leur enfance présentent des cotes plus basses d’amabilité que celles n’ayant pas sibi l’abus sexuel. Des implications cliniques sont dégagées et des pistes de recherche futures sont présentées. » (p. 169)