La paternité au Québec de 1890 à 1965 : une lecture d’ouvrages sociologiques

La paternité au Québec de 1890 à 1965 : une lecture d’ouvrages sociologiques

La paternité au Québec de 1890 à 1965 : une lecture d’ouvrages sociologiques

La paternité au Québec de 1890 à 1965 : une lecture d’ouvrages sociologiquess

| Ajouter

Référence bibliographique [7186]

Wright, Élizabeth. 1997. «La paternité au Québec de 1890 à 1965 : une lecture d’ouvrages sociologiques». Mémoire de maîtrise, Ste-Foy, Québec, Université Laval, Département de sociologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- « [...] retracer dans l’histoire les étapes de la transformation du statut et des fonctions du père et, d’autre part, à repérer les facteurs sociohistoriques qui peuvent contribuer à son explication. » (p. 4)

Questions/Hypothèses :
« Notre hypothèse de recherche est-elle la suivante : Ce qu’on a identifié au Québec, dans les années 1980, comme étant la ’crise’ de la paternité est le résultat de mutations structurelles et culturelles profondes qui, surtout depuis le début du XXe siècle, ont progressivement transformé le statut de père et amené à la redéfinition des fonctions qui lui étaient traditionellement attribuées. » (p. 4)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- « En considérant , d’une part ce passage de la tradition de la tradition à la modernité et, d’autre part, les ouvrages sociologiques qui étaient alors disponibles et qui pouvaient éclairer notre sujet, nous avons délimité deux périodes à l’intérieur de ces soixante-quinze années d’histoire, la première allant de 1890 et 1950 et la seconde de 1950 à 1965. » (p. 5)
- Auteurs retenus pour les années 1890 à 1950 : Léon Gérin, Horace Miner, Everett C. Hughes et Marcel Rioux. Pour la deuxième période : Philippe Garigue, Gérald Fortin et Nicole Gagnon.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« La question du père est un sujet de premier plan car elle remet en cause notre conception même du pouvoir et de l’autorité dans la société. On avance dans ce mémoire que la ’crise’ de la paternité qui suscite une profonde interrogation sur la place de l’homme dans la famille est intimement reliée aux importantes mutations sociales qui ont touché le Québec surtout depuis le tournant du XXe siècle. Ce mémoire retrace, pour la période 1890-1965, un peu de l’histoire de la transformation du statut et des fonctions tradtionnellement attribués au père. Les matériaux de recherche sont des monographies et des enquêtes réalisées par des sociologues Léon Gérin, Horace Miner, Everett C. Hughes, Marcel Rioux, Philippe Garigue, Gérald Fortin et Nicole Gagnon. De 1890 à 1950, les ouvrages montrent le père encore au sommet de la hiérarchie familiale, alors que de 1950 à 1965, ils témoignent du ’glissement’ du père vers la périphérie du cercle familial. » (p. i)