Création et validation d’un questionnaire autoadministré conçu pour l’enregistrement des facteurs de risque reliés au retard de croissance intra-utérin, à la prématurité et aux malformations congénita

Création et validation d’un questionnaire autoadministré conçu pour l’enregistrement des facteurs de risque reliés au retard de croissance intra-utérin, à la prématurité et aux malformations congénita

Création et validation d’un questionnaire autoadministré conçu pour l’enregistrement des facteurs de risque reliés au retard de croissance intra-utérin, à la prématurité et aux malformations congénita

Création et validation d’un questionnaire autoadministré conçu pour l’enregistrement des facteurs de risque reliés au retard de croissance intra-utérin, à la prématurité et aux malformations congénitas

| Ajouter

Référence bibliographique [7157]

Blackburn, Manon. 1998. Création et validation d’un questionnaire autoadministré conçu pour l’enregistrement des facteurs de risque reliés au retard de croissance intra-utérin, à la prématurité et aux malformations congénita. Saint-Hubert, Québec: Régie régionale de la santé et des services sociaux de la Montérégie, Direction de la santé publique, de la planification et de l’évaluation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le premier objectif de l’étude est de développer un questionnaire autoadministré pour les femmes enceintes, conçu pour l’enregistrement des facteurs de risque associés au retard de croissance intra-utérin, à la prématurité et aux malformations congénitales. Le second objectif est de déterminer les caractéristiques métrologiques du questionnaire, à savoir sa reproductibilité et sa validité de contenu et de critère. L’étude vise également à démontrer les conditions d’utilisation opérationnelles du questionnaire et particulièrementà : 1. Déterminer quels sont les facteurs de risque à inclure dans le questionnaire; 2. Mesurer le taux de participation à ce type d’activité; 3. Mesurer le taux de réponse aux questions; 4. Déterminer le moment le plus approprié dans la grossesse pour soumettre le questionnaire; 5. Déterminer les contraintes associées à l’utilisation de cet instrument. » (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Mille questionnaires ont été distribués dans neuf cliniques médicales de la Montérégie et de l’Estrie. Le premier questionnaire a été complété par 315 femmes enceintes admissibles tandis que 287 d’entre elles ont également répondu au deuxième questionnaire. » (p. ix)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« L’objet de cette étude était de développer un questionnaire autoadministré destiné aux femmes enceintes et conçu pour l’enregistrement prospectif des principaux facteurs de risque associés au retard de croissance intra-utérin, à la prématurité et aux malformations congénitales. L’étude visait également à déterminer la fiabilité et la validité du questionnaire. Pour évaluer sa fiabilité, un test-retest a été réalisé en comparant les informations d’un premier questionnaire avec celles d’un deuxième questionnaire complété par la même participante. D’autre part, les informations contenues dans chaque questionnaire ont été comparées à celles contenues dans le dossier obstétrical. Ceci a permis d’établir la validité de critère (concomitante) du questionnaire. Les résultats indiquent que le questionnaire est reproductible car il y a une bonne concordance entre le 1er et le 2e questionnaire (18 variables ou 72% ont des k0,75). Toutefois, la concordance entre les réponses aux deux questionnaires et les informations contenues dans le dossier obstétrical est faible (8 variables ou 18,6% ont des k 0,75). La sensibilité des questionnaires n’est pas très élevée en ce qui concerne les variables qui traitent de l’évolution de la grossesse, de l’emploi et de la consommation de substances (tabac, alcool). L’analyse des résultats démontre que plusieurs éléments ont eu une influence négative sur la concordance entre le questionnaire et le dossier obstétrical, notamment les données manquantes dans le dossier obstétrical et la faible prévalence de certains problèmes de santé dans notre population d’étude. Les résultats de l’étude nous permettront d’améliorer l’outil qui a été développé pour qu’il puisse être utilisé dans le cadre d’études spécifiques ou d’un projet de surveillance épidémiologique. » (p. ix)