Proximité avec la famille et les amis : une comparaison entre adolescents québécois et européens

Proximité avec la famille et les amis : une comparaison entre adolescents québécois et européens

Proximité avec la famille et les amis : une comparaison entre adolescents québécois et européens

Proximité avec la famille et les amis : une comparaison entre adolescents québécois et européenss

| Ajouter

Référence bibliographique [7125]

Claes, Michel, Poirier, Lucie et Arseneault, Marie-Josée. 1998. «Proximité avec la famille et les amis : une comparaison entre adolescents québécois et européens ». Revue Québécoise de Psychologie, vol. 19, no 1, p. 41-63.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« La présente étude s’est donné pour objectif de comparer les relations que les adolescents entretiennent avec les membres de la famille nucléaire (mère, père et fratrie) et avec leurs amis dans trois pays différents: le Québec, la Belgique et l’Italie. » (p. 43)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Les sujets proviennent de trois pays différents: 137 sujets proviennent du Québec, 120 de la Belgique et 120 d’Italie, pour un total de 377 sujets. Dans les deux premiers cas, il s’agit de francophones. Tous les sujets sont de souche, leurs deux parents étant nés au Québec, en Belgique ou en Italie. L’échantillon est composé de 191 garçons et de 186 filles, âgés de 11 à 18 ans, provenant de trois niveaux scolaires : 129 sujets fréquentaient la première année du secondaire, 125 sujets la troisième année du secondaire et 123 la cinquième année du secondaire. » (p. 45)

Instruments :
Entrevues semi-structurées

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Cette étude compare les relations interpersonnelles d’adolescents provenant du Québec, de Belgique et d’Italie. L’échantillon de 377 sujets est composé également de filles et de garçons regroupés en trois groupes d’âge de 11 à 18 ans. Dans chaque pays, les sujets proviennent d’une grande ville (Montréal, Bruxelles et Rome) et d’une petite ville de moins de 30 000 habitants. Chaque sujet a été rencontré lors d’une entrevue semi-structurée qui a examiné le niveau de proximité entretenu avec la mère, le père, la fratrie et les amis intimes. L’étude dégage d’importants écarts dans l’univers relationnel des adolescents des trois pays. La famille occupe un rôle plus central dans la vie des adolescents italiens, alors que les amis occupent un rôle plus important pour les Québécois. Les adolescents belges adoptent une position médiane entre ces deux extrêmes. Ces différences sont vraisemblablement le résultat de pratiques parentales différentes. L’étude dégage également d’importantes constantes à travers les trois pays : l’importance des amis dans la vie relationnelle des adolescents, la place privilégiée de la mère au sein de la famille et la position plus distante du père. » (p. 41)