Les garçons sont-ils vraiment plus vulnérables que les filles au divorce de leurs parents?

Les garçons sont-ils vraiment plus vulnérables que les filles au divorce de leurs parents?

Les garçons sont-ils vraiment plus vulnérables que les filles au divorce de leurs parents?

Les garçons sont-ils vraiment plus vulnérables que les filles au divorce de leurs parents?s

| Ajouter

Référence bibliographique [7113]

Cyr, Francine. 1998. «Les garçons sont-ils vraiment plus vulnérables que les filles au divorce de leurs parents? ». PRISME, vol. 8, no 2, p. 170-189.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Prédire l’impact de la séparation parentale selon le sexe de l’enfant, en interaction avec d’autres variables.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« [...] études portant sur les effets du divorce sur les enfants. » (p. 170)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu, réflexion critique

3. Résumé


« Les études révèlent que les enfants de parents divorcés ont davantage de problèmes d’adaptation sociale, académique et psychologique que les enfants vivant dans des familles intactes. Dans la recension des études qu’elle présente, l’auteure fait le point sur la vulnérabilité des garçons et celle des filles dans les années suivant le divorce de leurs parents. Cette variable du sexe de l’enfant joue un rôle dans l’évolution de ces enfants mais elle est en interaction constante avec de nombreux autres facteurs, dont l’âge de l’enfant au moment du divorce, la période critique de l’adolescence, le temps écoulé depuis la séparation, le remariage du parent qui a la garde de l’enfant, la relation avec le père, les conflits entre les parents, et le sexe du parent qui a la garde de l’enfant. L’auteure insiste sur la nécessité d’utiliser une perspective interactionnelle, qui considère l’interaction de ces divers facteurs avec les variables individuelles de l’enfant, pour rendre compte des difficultés spécifiques d’adaptation des filles et des garçons au divorce de leurs parents. » (p. 171)