Lien entre le stess parental et le soutien social des parents ayant un enfant atteint de fibrose kystique

Lien entre le stess parental et le soutien social des parents ayant un enfant atteint de fibrose kystique

Lien entre le stess parental et le soutien social des parents ayant un enfant atteint de fibrose kystique

Lien entre le stess parental et le soutien social des parents ayant un enfant atteint de fibrose kystiques

| Ajouter

Référence bibliographique [7102]

Deschesnes, Nathalie. 1998. «Lien entre le stess parental et le soutien social des parents ayant un enfant atteint de fibrose kystique». Dans Comprendre la famille , sous la dir. de Jacques Alary et Éthier, Louise S., p. 216-232. Actes du 4e symposium québécois de recherche sur la famille organisé par le Conseil de développement de la recherche sur la famille du Québec en collaboration avec les Centres jeunesse Mauricie--Centre-du-Québec et de l’Université du Québec à Trois-Rivières tenu à Montréal en mars 1998. Sainte-Foy, Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette recherche a donc pour but principal de relever les liens qui existent entre le niveau de stress parental ressenti par les parents et le soutien social. » (p. 220)

Questions/Hypothèses :
« Les hypothèses postulent 1) que plus les parents ont une fréquence élevée de contacts avec leur réseau de soutien social moins il rapporteraient de stress parental, 2) que plus les parents ont un degré de confiance élevé à l’égard de leur réseau de soutien moins ils rapporteraient de stress parental, et 3) que plus ils ont un degré élevé d’alliance parentale moins ils rapporteraient de stress parental. De plus, une question a été abordée de façon exploratoire : Quelle est la contribution du conjoint à la diminution du stress parental? » (p. 220)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- L’échantillon est composé de 26 couples.
- « La majorité des familles sont biparentales (88.5%) et 11,5% sont des familles reconstituées dont le lien parental est la mère. Les familles ont en moyenne deux enfants (50,0%). La plupart des mères travaillent à temps plein (48,0%) ou sont à la maison (36,0%) tandis que pratiquement tous les pères travaillent à temps plein (95,8%). La majorité des familles (84%) ont un revenu familial de 25 000$ et plus, dont 40% ont un revenu de 45 000$ et plus. Quant aux enfants atteints de fibrose kystique, ils sont âgés entre 2 et 11 ans et leur moyenne d’âge est d’environ 7 ans. L’échantillon est composé d’un nombre comparable de garçons (57,7%) et de filles (42,3%). La majorité des enfants ont été diagnostiqués durant leur première années de vie (73,1%) et ils seraient atteints, selon la perception des parents, de façon légère ou modérée (50,5% et 42,3%). Près de la moitié des enfants de cette recherche (46,2%) souffriraient également d’asthme ou d’allergies. » (p. 220)

Instruments :
- Questionnaire de renseignements sociodémographiques;
- Inventaire de Stress Parental/Forme brève (Abidin, 1990);
- Échelle de Soutien Social (Trivette et Dunst, 1988);
- Inventaire sur l’Alliance Parentale (Abidin et Brunnet, 1988).

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Cette recherche démontre l’existence de liens entre le stress parental et le soutien social des parents ayant un enfant atteint de fibrose kystique. Parmi les dimensions contribuant davantage à la diminution du stress, notons la fréquence de contacts avec les figures de soutien, et ce, tant chez les mères que chez les pères. Le soutien social aurait un lien particulier avec la diminution du stress au regard de la détresse parentale, de l’interaction parent-enfant et au niveau du stress total. Ainsi, le soutien social améliore la perception des parents face à leur rôle parental et favorise la relation établie entre le parent et son enfant. Il contribuerait à diminuer la charge que représente le fait de prendre soin et d’éduquer un enfant atteint de maladie chronique, ce qui est particulièrement vrai pour les mères puisqu’elles en sont souvent les principales responsables. Cependant, la participation des pères est primordiale au sein des recherches sur l’adaptation des parents à la maladie chronique afin de relever les similarités et les différences entre les pères et les mères et faisant face à la maladie chronique de leur enfant. Cette recherche démontre que le vécu des pères se rapproche étroitement du vécu des mères. » (p. 229)