Les conduites parentales psychologiquement violentes : l’enfer est-il toujours pavé de bonnes intentions?

Les conduites parentales psychologiquement violentes : l’enfer est-il toujours pavé de bonnes intentions?

Les conduites parentales psychologiquement violentes : l’enfer est-il toujours pavé de bonnes intentions?

Les conduites parentales psychologiquement violentes : l’enfer est-il toujours pavé de bonnes intentions?s

| Ajouter

Référence bibliographique [7065]

Gagné, Marie-Hélène et Bouchard, Camil. 1998. «Les conduites parentales psychologiquement violentes : l’enfer est-il toujours pavé de bonnes intentions?». Dans Violence et intentionnalité : regards disciplinaires. Actes du colloque tenu à Québec le 12 mai 1998 dans le cadre du 66e congrès de l’ACFAS , sous la dir. de Dominique Damant et Clément, Marie-Ève, p. 60-77. Québec: CRI-VIFF, Coll. Réflexions, no 8.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« En se fondant sur les théories implicites d’un groupe de parents et d’intervenants québécois quant aux raisons qui amènent un parent à user de violence psychologique avec son enfant, cette étude veut cerner les valeurs et les croyances qui amènent les gens à attribuer des intentions à diverses conduites parentales psychologiquement violentes. » (p. 62)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« L’échantillon compte 26 participants : huit parents éprouvant des difficultés dans l’éducation de leurs enfants, huit parents sans difficulté apparente ou avouée et dix intervenants psychosociaux. » (p. 63)

Instruments :
Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Les concepts d’intentionnalité et d’intention semblent avoir été beaucoup plus populaires en philosophie qu’en sciences sociales. Aussi n’est-ce pas par hasard que la question de l’intention qui se cache derrière les conduites violentes soit souvent invoquée mais rarement approfondie par les chercheurs sociaux. Au sein des controverses qui entourent la problématique de la violence psychologique faite aux enfants en milieu familial, on retrouve la question de l’intentionnalité. Une conduite parentale doit-elle être intentionnelle pour être considérée comme de la violence psychologique? L’intentionnalité doit-elle être vue comme un facteur de sévérité de la violence psychologique? À partir de données empiriques, cette communication se veut une réflexion autour du concept d’intentionnalité dans la problématique de la violence psychologique faite aux enfants en milieu familial. » (p. 60)