Étude phénoménologique de l’expérience d’être incestée

Étude phénoménologique de l’expérience d’être incestée

Étude phénoménologique de l’expérience d’être incestée

Étude phénoménologique de l’expérience d’être incestées

| Ajouter

Référence bibliographique [7049]

Gravel, Hélène. 1998. «Étude phénoménologique de l’expérience d’être incestée». Thèse de doctorat, Ste-Foy, Québec, Université Laval, Département des sciences de l’éducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« La présente recherche se propose donc de jeter un regard approfondi sur l’expérience telle qu’éprouvée par les personnes incestées. Elle adopte la perspective d’une approche phénoménologique pour laquelle le monde perçu, objet de l’expérience, n’est jamais le monde en soi, mais le monde pour soi, soumis à l’activité constituante du sujet. Il n’y a plus de fossé entre l’expérience et l’objet d’expérience; le monde devient accessible en tant que monde expériencié. » (p. 40)

Questions/Hypothèses :
« Quels sont les constituants de l’expérience d’être incestée? » (p. 42)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- « Deux personnes ont été contactées par le biais d’intermédiaires et trois autres ont répondu à une annonce parue dans un quotidien de la région de Québec. Lors du premier contact téléphonique, le but et l’objet de cette recherche ont été présentés à chaque personne, les attentes, la façon de procéder, les bénéfices qu’elle pouvait en retirer ainsi que les critères auxquels elle devait répondre : avoir vécu l’inceste; pouvoir encore le reconnaître; être capable de faire une description de son vécu d’inceste; désirer en faire l’exploitation et la partager pour des fins de recherche; accepter de dévoiler quelques expériences intimes. » (p. 63)
- 5 femmes de 32 à 53 ans

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« La présente recherche est une étude phénoménologique de l’expérience d’être incestée qui a été menée auprès de cinq femmes ayant vécu l’inceste. Les résultats de l’analyse révèlent que dans l’expérience d’être incestée, le sujet se perçoit nié comme enfant dans son milieu familial, entraîné hors de son monde d’enfant, dépassé par ce qui lui arrive, enfermé dans une situation sans issue et disqualifié dans son statut de sujet. Une réflexion plus poussée permet de mettre en lumière que, d’une part, l’expérience d’être incestée est une manifestation poussée de l’attitude d’objectivation et que, d’autre part, dans cette expérience, la personne incestée, bien qu’objectivée et disqualifiée comme personne, demeure paradoxalement sujet de son expérience. » (proquest)