Les enfants du divorce : nouveau défi pour les parents, la société et la médiation

Les enfants du divorce : nouveau défi pour les parents, la société et la médiation

Les enfants du divorce : nouveau défi pour les parents, la société et la médiation

Les enfants du divorce : nouveau défi pour les parents, la société et la médiations

| Ajouter

Référence bibliographique [7044]

Guilbault, Francine. 1998. «Les enfants du divorce : nouveau défi pour les parents, la société et la médiation». Dans La médiation familiale , sous la dir. de Lisette Laurent-Boyer, p. 165-188. Cowansville, Québec: Éditions Yvon Blais.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Le propos de cette réflexion portera sur les impacts d’une séparation/divorce chez les enfants et sur les nombreux défis que la transformation familiale pose à notre société actuelle.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Dans un premier temps, nous rappellerons les effets psychologiques que le divorce amène chez les enfants et qui constituent un réel défi pour les parents. Nous aborderons, par la suite, les conséquences économiques dont on ne parle que peu souvent et qui constituent, selon nous, des clés explicatives importantes de la détresse de plusieurs enfants du divorce: cet aspect propose un défi de taille à toute la société. Nous amorcerons, en troisième lieu, une réflexion sur les besoins des enfants du divorce pour tenter de dégager quelques facteurs qui faciliteront une meilleure adaptation pour ces enfants qui, dans presque tous les cas, subissent la décision de rupture de leurs parents. Enfin, nous appuyant sur une recherche écrite dans le cadre de la maîtrise en service social et sur notre expérience clinique auprès des femmes cheffes de famille et des couples en voie de rupture, nous envisagerons la médiation comme un excellent outil de prévention en vue de favoriser une réorganisation familiale future. Nous en verrons les avantages et les limites afin d’y déceler aussi les défis que ce nouveau champ de pratique a à relever. » (pp. 169-170)