Documented Symptoms in Children Exposed to Domestic Violence

Documented Symptoms in Children Exposed to Domestic Violence

Documented Symptoms in Children Exposed to Domestic Violence

Documented Symptoms in Children Exposed to Domestic Violences

| Ajouter

Référence bibliographique [704]

Hopwood-Wallace, Shirley E. 2010. «Documented Symptoms in Children Exposed to Domestic Violence». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université McGill, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« The purpose of this study is to gain further understanding about children receiving child protective services due to exposure to domestic violence. » (p. 9)

Questions/Hypothèses:
« Specifically, the study will consider: 1. How many children receiving child protection services due to exposure to domestic violence exhibit symptoms in the period of service delivery following the initial investigation, i.e., on-going services? 2. What kind of symptoms do child welfare social workers document? 3. Is there a relationship between the type of exposure to domestic violence (single incident vs. multiple incidents) and (a) the number of child symptoms documented by child welfare social workers? (b) the type of child symptoms documented by child welfare social workers? (c) the child’s age? (d) the child’s gender? 4. Are the child’s symptoms reflected in the goals and objectives identified in the family’s Service Plan? » (p. 9)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Cette recherche dépouille au-delà de 70 dossiers d’enfants [ontariens] exposés à la violence conjugale et passe en revue la documentation des intervenants cherchant spécifiquement la notation des symptômes et le trauma. » (p. 3)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« L’exposition des enfants à la violence conjugale constitue une forme de mauvais traitement psychologique, dont certaines manifestations sont reconnues dans les typologies de la maltraitance physique et émotionnel [sic]. De plus, ces mêmes enfants évoluent dans un climat violent qui leur occasionne des symptômes reliés au trauma ayant un impact sur leur fonctionnement. Nous nous sommes intéressés à savoir si l’intervenant qui mène une évaluation en protection de la jeunesse tient compte de ces symptômes à la conclusion de son enquête et fait le lien au trauma. […] La recherche conclut en soulignant d’abord que le trauma persiste chez les enfants suivant une exposition à la violence conjugale et qu’il s’avère souvent difficile pour l’intervenant de reconnaître le lien entre les symptômes manifestés et le trauma. Des pistes d’intervention, incluant la nécessité d’une formation plus approfondie au niveau de l’impact du trauma et de l’évaluation sont également discutées. » (p. 3)