Oui, ma mère est lesbienne, et alors? Défis et stratégies des familles lesbiennes

Oui, ma mère est lesbienne, et alors? Défis et stratégies des familles lesbiennes

Oui, ma mère est lesbienne, et alors? Défis et stratégies des familles lesbiennes

Oui, ma mère est lesbienne, et alors? Défis et stratégies des familles lesbienness

| Ajouter

Référence bibliographique [7036]

Igartua, Karine J. 1998. «Oui, ma mère est lesbienne, et alors? Défis et stratégies des familles lesbiennes ». PRISME, vol. 8, no 2, p. 208-221.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’auteur entend détailler les recherches faites sur les mères lesbiennes et leurs enfants en les comparant avec leurs pairs hétérosexuelles. Elle aborde ensuite les défis développementaux spécifiques que ces enfants doivent relever ainsi que les tâches parentales qui en découlent.

2. Méthode


Échantillon :
Entrevues semi-structurées avec cinq mères lesbiennes

Instruments :
- Entrevues semi-structurées;
- Textes biographiques écrits par des enfants, leus mères lesbiennes et quelques journalistes publiés dans un recueil (Rafkin, 1990) et sur l’internet.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Depuis une vingtaine d’années, des chercheurs se sont penchés sur la question des mères lesbiennes et leurs enfants. On s’y est demandé si l’orientation sexuelle de ces mères était nocive pour leurs enfants. On a d’abord comparé ces mères à leurs pairs hétérosexuelles et on a ensuite comparé les enfants à des jeunes de familles traditionnelles. Bien qu’on n’ait pu déceler aucun effet néfaste du lesbianisme maternel sur les enfants, certains disent encore qu’il ne faut pas exposer les enfants aux préjugés que pourrait entraîner l’orientation sexuelle de leur mère. En s’appuyant sur des entrevues semi-structurées avec cinq mères lesbiennes et sur l’analyse de textes biographiques, l’auteur décrit de quelle façon l’homophobie et l’hétérosexisme affectent les enfants de mères lesbiennes. Elle rapporte les stratégies utilisées par ces enfants, par leur mère biologique et sa conjointe pour réduire l’impact de la discrimination vécue au sein des institutions et de la communauté. Elle offre enfin des suggestions aux professionnels de la santé mentale qui sont appelés à intervenir auprès de ces familles. » (p. 209)