L’assurance parentale : la nouvelle politique québécoise et les prestations réservées aux pères

L’assurance parentale : la nouvelle politique québécoise et les prestations réservées aux pères

L’assurance parentale : la nouvelle politique québécoise et les prestations réservées aux pères

L’assurance parentale : la nouvelle politique québécoise et les prestations réservées aux pèress

| Ajouter

Référence bibliographique [6992]

Lepage, Francine et Moisan, Marie. 1998. «L’assurance parentale : la nouvelle politique québécoise et les prestations réservées aux pères». Dans Quelle politique familiale à l’aube de l’an 2000? , sous la dir. de Renée B.-Dandurand, Lefebvre, Pierre et Lamoureux, Jean-Pierre, p. 125-139. Montréal, Paris: L’Harmattan.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Le texte est divisé en deux parties disctinctes. La première traite du projet d’instaurer une assurance parentale. La seconde traite de l’intention d’attribuer aux pères cinq semaines de congé parental.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
La première partie du texte porte sur le projet de loi. C’est la seconde partie qui s’inspire d’une étude du conseil de la femme en 1995 sur l’utilisation par les femmes et par les hommes du congé parental. Dans le cadre de cette étude, l’échantillon était représentatif: 416 femmes et 315 hommes prestataires ainsi que 332 conjoints et conjointes.

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Dans la première partie du texte, Francine Lepage traite du congé parental et analyse la proposition du gouvernement du Québec d’instaurer un régime d’assurance parentale dont les grandes lignes ont été présentées dans le Livre blanc Nouvelles dispositions de la politique familiale en janvier 1997. Il semble que «si les écueils que l’auteur a signalés sont corrigés, le congé parental de même que le régime d’assurance parentale devraient mener à une politique plus équitable, efficace et cohérente. » (pp. 133-134) Dans la seconde partie du texte, Marie Moisan étudie l’intention de réserver aux pères cinq semaines de prestations de paternité à l’intérieur de ce régime, à la lumière d’une enquête portant sur les mères et les pères qui se sont prévalus de dix semaines de prestations parentales entre juin 1993 et juin 1994 au Québec. « Ce programme d’assurance parentale projeté dans la nouvelle politique familale, en réservant cinq semaines de congé au père, va dans le sens de la reconnaissance du partage concret des responsabilités entre les deux parents dès la naissance de l’enfant. Elle favorise la présence paternelle auprès de l’enfant et établit ainsi des conditions favorables à l’attachement père-enfant. Enfin, elle indique au marché du travail qu’il doit s’adapter au fait que les travailleurs comme les travailleuses sont susceptibles d’avoir des responsabilités parentales. La politique familiale devra prévoir des mesures pour faire la promotion active du congé du père dans la société en général et dans le monde du travail en particulier, afin de favoriser un meilleur partage du parentage grâce au congé parental. » (p. 138)