État-providence ou familles-providence. Quelques enjeux des récentes réformes ministérielles

État-providence ou familles-providence. Quelques enjeux des récentes réformes ministérielles

État-providence ou familles-providence. Quelques enjeux des récentes réformes ministérielles

État-providence ou familles-providence. Quelques enjeux des récentes réformes ministérielless

| Ajouter

Référence bibliographique [6991]

Lesemann, Frédéric. 1998. «État-providence ou familles-providence. Quelques enjeux des récentes réformes ministérielles». Dans Comprendre la famille , sous la dir. de Louise S. Éthier et Alary, Jacques, p. 9-19. Actes du 4e symposium québécois de recherche sur la famille organisé par le Conseil de développement de la recherche sur la famille du Québec en collaboration avec les Centres jeunesse Mauricie--Centre-du-Québec et de l’Université du Québec à Trois-Rivières tenu à Montréal en mars 1998. Sainte-Foy, Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Poser un bref regard sur la place que tient la famille et le rôle qu’est amené à jouer l’État dans le contexte contemporain à la lumière des récentes réformes ministérielles.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Les organisateurs du symposium m’ont passé la commande suivante que j’ai acceptée avec plaisir : « Les réformes ministérielles qui ont un impact sur les familles abondent : santé, services sociaux, éducation, aide sociale, etc. Quelles sont les logiques sous-jacentes de ces réformes? Où s’en va-t-on? Y a-t-il un lien entre les objectifs visés et les résultats obtenus? C’est donc une réflexion sur la logique de production des politiques, leurs prémisses, leur cheminement administratif et organisationnel, l’évaluation de leurs impacts possibles que je vous invite, en ayant tout particulièrement à l’esprit, comme illustration, les exemples du virage ambulatoire, de la sollicitation croissante des familles, des organismes communautaires et les nouvelles orientations de l’aide sociale dans ces changements d’orientation et de rôle des politiques. » (p. 9)