Risque et gestion du social : le retrait de l’activité professionnelle durant la grossesse

Risque et gestion du social : le retrait de l’activité professionnelle durant la grossesse

Risque et gestion du social : le retrait de l’activité professionnelle durant la grossesse

Risque et gestion du social : le retrait de l’activité professionnelle durant la grossesses

| Ajouter

Référence bibliographique [6985]

Malenfant, Romaine. 1998. «Risque et gestion du social : le retrait de l’activité professionnelle durant la grossesse ». Recherches Sociographiques, vol. 39, no 1, p. 39-57.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- Retracer l’origine du droit au retrait préventif pour les femmes enceintes et d’en montrer les conditions de son application.
- « [...] mettre en évidence différents mécanismes par lesquels la gestion du risque participe à la gestion du social et concourt à la stabilité des institutions, dévoilant ainsi les enjeux personnels, collectifs et sociaux des mesures de protection des femmes au travail. » (p. 41)

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« La loi québécoise sur la santé et la sécurité au travail comporte un droit de retrait préventif qui donne à la travailleuse enceinte la possibilité de maintenir son emploi durant sa grossesse dans des conditions non dangereuses pour sa santé et celle de l’enfant à naître, et oblige l’employeur à remplir ces conditions. Les divergences sur l’interprétation des conditions dangereuses ont conduit à des débats virulents. Les mécanismes par lesquels la gestion du risque participe à la gestion du social et la logique menant au retrait de l’activité professionnelle à risque durant la grossesse sont analysés à la lumière de deux mouvements profonds, spécifiques aux sociétés modernes avancées : l’entrée massive des femmes sur le marché du travail, qui nécessite une remise en question de la division sexuelle du travail, et le développpement de la science du risque, qui systématise le recours à l’expertise pour tracer les contours des problèmes. » (p. 39)