Effets de variables telles que le développement cognitif et l’environnement familial sur le développement de symptômes de TDAH chez les prématurés

Effets de variables telles que le développement cognitif et l’environnement familial sur le développement de symptômes de TDAH chez les prématurés

Effets de variables telles que le développement cognitif et l’environnement familial sur le développement de symptômes de TDAH chez les prématurés

Effets de variables telles que le développement cognitif et l’environnement familial sur le développement de symptômes de TDAH chez les prématuréss

| Ajouter

Référence bibliographique [690]

Jomphe, Mélanie. 2010. «Effets de variables telles que le développement cognitif et l’environnement familial sur le développement de symptômes de TDAH chez les prématurés». Thèse de doctorat, Québec, Université Laval, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« [L]’objectif de ce travail est d’évaluer, sur une base longitudinale, si les enfants qui sont nés prématurément et qui présentent un plus grand niveau de risque à la naissance sont davantage prédisposés de souffrir de troubles de l’attention, et si les conditions familiales dans lesquelles se développent ces enfants ont un effet sur la présentation de ces troubles. Aussi, ce mémoire aura pour mandat de déterminer si les troubles attentionnels de ces jeunes sont également reliés au développement cognitif en bas âge. » (p. 14)

Questions/Hypothèses :
« L’hypothèse de ce travail est la suivante : Le niveau de risque à la naissance et l’environnement familial contribueront à déterminer la présence de troubles de l’attention chez l’enfant. Toutefois, ce lien sera plus indirect que direct, étant médiatisé par différentes variables du développement cognitif (NEPSY et Ql) de l’enfant. » (p. 14)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Échantillon à la phase 1 : 58 enfants prématurés
- Échantillon à la phase 2 : 50 enfants prématurés
- Échantillon à la phase 3 : 43 enfants prématurés

Instruments :
- Neonatal Medical Index (NMI; Korner & al, 1993)
- Stanford Binet Intelligence Scale (Fourth edition; Thorndike, Hagen, & Sattler, 1986)
- NEPSY : Developmental Neuropsychological Assessment (Korkman, Kirk, & Kemp, 1998)
- Conners Parent Rating Scales-Revised, Long version (CPRS-R : L; Conners, 1997)
- Indice d’Adversité Familiale (Tremblay et al., 1991)
- Home Observation for Measurement of the Environment (HOME; Bradley & Caldwell, 1978)
- Parental Stress Index (ISP; Abidin, 1983; validation française de Lacharité, Éthier, & Piché, 1992)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Les résultats démontrent que plus l’adversité familiale est élevée, plus les parents d’enfants prématurés décrivent leurs enfants comme étant inattentifs au questionnaire de Conners. De plus, en introduisant une variable cognitive (résultats aux sous-tests de la NEPSY) dans la relation entre l’adversité familiale et le développement de troubles de l’attention, l’adversité familiale n’est plus significative. De fait, les troubles de l’attention tels que détectés dans la mesure cognitive (NEPSY) seraient de meilleurs prédicteurs de troubles de l’attention tels que décrits par les parents, que l’adversité familiale. » (p. I)