Évaluation de l’implantation du projet Répit : quand les partenaires unissent leurs forces pour le mieux-être des familles de Côte-des-Neiges

Évaluation de l’implantation du projet Répit : quand les partenaires unissent leurs forces pour le mieux-être des familles de Côte-des-Neiges

Évaluation de l’implantation du projet Répit : quand les partenaires unissent leurs forces pour le mieux-être des familles de Côte-des-Neiges

Évaluation de l’implantation du projet Répit : quand les partenaires unissent leurs forces pour le mieux-être des familles de Côte-des-Neigess

| Ajouter

Référence bibliographique [6837]

Carignan, Pauline et Piaf, Myra. 1999. Évaluation de l’implantation du projet Répit : quand les partenaires unissent leurs forces pour le mieux-être des familles de Côte-des-Neiges. Montréal: CLSC Côte-des-Neiges, Centre de recherche et de formation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Examiner plusieurs aspects du projet Répit pour 1997 et formuler une évaluation.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- « Des entrevues menées auprès des groupes oeuvrant au projet et de mères ayant participé au projet ont permis de nourrir principalement le contenu de ce rapport. » (p. 2)
- « L’échantillon comprend sept mères qui ont accepté de répondre. » (p. 17)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Ce rapport porte sur l’évaluation de l’implantation du projet Répit pour 1997, année de sa création. Ce projet repose sur un partenariat entre le CLSC Côte-des-Neiges et les Centres jeunesse de Montréal. Il vise principalement la prévention, en offrant du soutien à des familles en difficulté, à des enfants ayant des problèmes d’adaptation, afin d’éviter les placements. L’action menée présente une orientation communautaire, clinique et non institutionnelle; on offre à des enfants un séjour de 24 heures au Centre communautaire de loisir de Côte-des-Neiges, où, tout en s’amusant, ils participent à des activités favorisant leur développement et leur socialisation. Les familles participantes sont en grande majorité monoparentales. Ce séjour permet aux mères de se reposer et de se ressourcer. Souvent la tension familiale s’en trouve d’autant diminuée. Les mères participantes ont aussi assuré un suivi avec une intervenante du CLSC, en vue d’atteindre certains objectifs par rapport au fonctionnement de l’enfant ou de la famille. En choisissant le centre communautaire comme lieu d’intervention, on souhaite créer un sentiment d’appartenance à la communauté qui aiderait à rompre l’isolement social que vivent ces familles, surtout celles issues de cultures différentes ou d’arrivée récente au pays. » (p. 2)